Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 08:02

Zagor est né en juin 1961, de l'imagination de Guido Nolitta (Sergio Bonelli) et du crayon de Gallieno Ferri. Ses aventures ont paru en France dans le périodique YUMA. Si le petit format a couru de novembre 1962 à décembre 1993 pendant 374 numéros, Zagor n'y apparaîtra qu'au numéro 74. Il en deviendra néanmoins instantanément et jusqu'à la fin, la série phare.

 

Pour plus d'infos, allez lire le bel article que lui consacre François Corteggianni, et de manière générale, à vous perdre dans son blog.

  

Pour saluer l'événement, j'ai dégotté quelques couvertures en rapport avec ma thématique de Frazetta. (On salue comme on peut !).

 

Commençons par une brève présentation du personnage :

 

Yuma074.jpg Yuma248.jpg

      Le n° 74 de YUMA (déc. 1968)                      Le n° 248 de YUMA (juin 1983)

   1ère apparition de Zagor en France.                      Celui par lequel j'ai connu la série.

 

A présent, regardez ces 3 couvertures de petits formats, issues de 3 séries différentes (dont un YUMA représentant ZAGOR). Les poses sont les mêmes, classiques de l'homme sauvage observant depuis son arbre les activités de l'homme civilisé. Et même quand l'habit de ZAGOR le rangerait parmi les "blancs civilisés"... le petit détail de l'arme préhistorique le range malgré tout dans le camp des Tarzan.

 

 La quatrième est antérieure aux trois premières, date de 1962, et est signée Frazetta.

 

Yuma093 Yataca.jpg

               Yuma n° 93                                        Yataca n° 182

             (juillet 1973)                                                                     (août 1983)

 

Meteor119.jpg tarzan

                Météor n° 179                           Couverture de Tarzan

                                                          "The Lost Empire" - Lancer - 1962

 

 

 

Revenons à YUMA, la revue où paraissait les aventures de ZAGOR, avec cette autre couverture (n°249 - juillet 1983)  illustrant un épisode des aventures de JAN LAZARE.

 

 Pour dessiner l'iguane, le dessinateur s'est probablement inspiré...

Yuma249

 

 ... De celui ci-dessous, dessiné par Frazetta 10 ans plus tôt en 1973.

Fraz-lizard-ink 

Et que penser du dragon de cette couverture de la série Bleue des fameuses et sulfureuses éditions Elvifrance ?

Que c'est un nouveau plagiat ? On est tenté de répondre par l'affirmative !

 

serie-bleue-88.jpg

 

Un autre peintre a eu la même idée en réalisant la couverture de cette édition Française de Bilbo le Hobbit et datant de la fin des années 70.

bilbo.jpg

 

Frazetta lui-même semble s'être tourné en arrière sur sa propre oeuvre, lorsqu'il signera l'étrange iguane aux deux uniques canines proéminentes de cette peinture de Vampirella en 1996.

vampirella1996.jpg

 

 

gandalf-howe Revenons un instant à l'univers de Tolkien.

 

L'influence de la vision Frazettienne dans la représentation du monde des Hobbits se retrouve à maintes reprises. Peter Jackson lui-même reconnaît l'apport des tableaux de Frazetta dans la construction de "Sa" Terre du Milieu. Toujours au cinéma, 1978 marque la première adaptation du Seigneur des Anneaux. Il s'agit d'un dessin animé, oeuvre de Ralph Bakshi. Le même Bakshi réalisera en 1983 le film d'animation "Tygra", d'après un personnage de Frazetta, et en étroite collaboration avec lui (merci Zaïtchick pour le rectificatif des dates !) .

 

Avec de tels parcours croisés entre Frazetta et  l'univers Tolkien, pas étonnant que les illustrations les plus fameuses, comme le fameux Gandalf sous la pluie du Suisse John Howe... ressemble furieusement à l'une des quelques illustrations que Frazetta a consacré au Seigneur des Anneaux dans les années 70.

 

(ci-dessus : Gandalf par Frazetta).

 

Ci-dessous, le même Gandalf par John Howe, qui rejoindra un autre très grand illustrateur, l'Anglais Allan Lee, sur le plateau de Peter Jackson pour définir l'aspect visuel de la trilogie.

gandalf-howe2.jpg

 

Allez ! Un petit comparatif de la version Frazetta avec celle (ultérieure) de John Howe.

gandalf-howe1-2.jpg

 

Retour à nouveau sur une couverture de YUMA, représentant la série JAN LAZARE. IL est à noter que le méchant (il s'appelle INCOGNITO !), ressemble furieusement au fameux Death Dealer de Frazetta (dont les nombreux avatars plus ou moins légitimes ont déjà été longuement traités ici). 

 

Yuma256 deathdealer-vrai

                 Yuma n° 256                                     Death DEALER

                        (février 1984)                                                              (1973)

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Thierry Gloris 15/06/2011 10:41



http://www.superpouvoir.com/



Lefeuvre 15/06/2011 10:47



oui, et surtout là aussi : http://artemusdada.blogspot.com/



Thierry Gloris 15/06/2011 10:14



LE Artemus Dada ? 



Lefeuvre 15/06/2011 10:21



LE Artemus Dada : Fils de Artemus Gordon et du Facteur Cheval.


D'où son nom.



artemus dada 11/06/2011 17:11



Un bien beau travail de recherches et de mise en valeur des uns et des autres (artistes). Merci.



Lefeuvre 13/06/2011 09:59



Venant de vous, Artemus Dada, auteur d'un blog bien copieux et bien documenté ... c'est
un beau compliment !


D'ailleurs, chouette post ce lundi sur la body-buildeuse Lisa Lyon, (modèle utilisé par Miller pour concevoir son Elektra - bien
loin de la gentille bouffeuse de pop-corn Texanne "Alias" Jennifer Garner) 



galien 09/06/2011 08:42



Je connaissais pas la version de Gandalf de Frazetta, et je trouve épatant que même des artistes du niveau d'Alan Lee et John Howe s'en soient inspirés.


Quad Fazetta est décédé, y a tout juste un an, je trouve dommage que la téloche ne lui ait pas consacré ne serait-ce qu'un court doc sur le bohnomme, même pas Arte (ou je l'ai loupé).


Car à la vue de ceux qui se sont inspirés de lui, dans le dessin mais aussi en BD, au cinoche (on refait même un Conan, remake du premier, basé sur une ésthetique "frazetienne"), c'est tout de
même injuste.



Lefeuvre 09/06/2011 09:15



Galien,


 


Aussi célèbre Frazetta soit-il... il incarne (surtout en France), un truc d'ado mal dégrossi, ou de nostalgiques qui lisaient de l'Heroic Fantasy dans les années 70.


 


Je me rappelle avoir entendu Joann Sfar (la voix officielle de la BD) déclarer au moment de la mort de Frazetta, quelque chose du genre "Frazetta, ça reste avant tout un trip
d'adolescent".


Et je ne suis pas loin de lui donner raison !


 


- Encore faut-il, une fois adulte, savoir se rappeler ce qui nous a fait "triper" quand nous étions ado ! Se rappeler de ses émotions d'enfant est toujours plus digne que les rêveries
d'ados :


"AAaaah ! Le Petit Prince ! Quel Chef d'oeuvre !".


 


Mais essayez un peu d'évoquer vos "claques" d'ado en public respectable (Métallica, Le Cercle des Poètes Disparus, les X-Men, Frank Miller, les jeux de rôles...
choisissez les vôtres !) et les haussements de sourcils circonspects indiqueront que vous serez aussitôt suspects de ne pas avoir évolué depuis lors !


 


Parc contre : Citez allègrement "Charlie et la Chocolaterie" en même temps que "le Banquet" de Platon, et LA, ça passe !


 


L'exception, c'est quand la dite "claque" rapporte des centaines de millions de dollars au box-office. Paradoxalement, c'est seulement dans ce cas de figure que les analystes
règleront le problème en enfermant le-dit phénomène sous l'étiquette fourre-tout de "pan de la culture POP !"


Il est donc normal que les médias n'aient pas parlé du décès de Frazetta. Car que dire d'un peintre de guerrières aux gros nichons ? Qui ira fouiller dans ses influences, son
inscription dans une époque...


 


Mais comme l'apport de Frazetta à nos imaginaires est en réalité beaucoup plus complexe et immense que ce que l'on pourrait conclure un peu rapidement, il faut prendre le temps de le
démontrer, de l'expliquer.


 


D'où mes tentatives de contribuer à remettre cette oeuvre en perspective, tenter de rappeler un tout petit peu ce qu'à apporté le bonhomme, et expliquer que malgré l'avalanche actuelle de
livres, comics, jeux, films... Plus que jamais, TOUT NE SE VAUT PAS !


Donc merci de lire.



Zaïtchick 08/06/2011 20:15



En fait, les couvertures de Yuma, Ombrax et autres revues Lug étaient souvent des réalisations françaises de Lug (De Frisano, Mitton etc.) souvent inspirées de vignettes contenues dans la revue.
Il faudrait comparer avec les couvertures originales de l'édition italienne.



Lefeuvre 08/06/2011 20:20



C'est juste. Mais celles-ci ressemblent furieusement au dessin des aventures de ZAGOR. Elles ne sont pas signées. Ce qui est sûr, c'est que ce n'est ni du Mitton (très identifiable), ni du Tota
(idem). Le fait que le vilain principal ressemble aussi furieusement au DEATH DEALER me fait pencher pour des couvertures par le dessinateur de la série lui-même. A vérifier auprès des
docteurs-ès PIMPF !


Mais cette chronique-frazettade-express est surtout un prétexte pour évoquer un de mes personnages petits formats LUG préférés : ZAGOR !



A Propos De L'auteur

  • Lefeuvre
  • Auteur BD/Illustrateur né en 1977, marié et papa de deux enfants.
  • Auteur BD/Illustrateur né en 1977, marié et papa de deux enfants.