Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 09:20

Ca fait un moment que je n'ai rien passé : Mes Frazettades ruent dans les brancards, demandant à s'ébrouer dans l'arène et je trépigne aussi de vous proposer de nouvelles choses ici.

  

Ca vient, ça vient.

 

Le temps m'a manqué ces derniers temps, mais je vais quand même poster un petit quelque chose pour patienter sous la forme d'un dessin publié dans un comics américain dont j'étais alors très fan : "The MAXX".

 

 

"The MAXX" est un personnage et une série de 35 comics écrit et dessiné par Sam KIETH pour Image comics en 1993. Les premiers numéros sont écrits par son vieux pote Bill Messner Loebs.

 

maxx.jpg

A cette époque, les superstars de MARVEL viennent de quitter le navire en pleine gloire pour fonder leur propres personnages dont ils seraient les propriétaires (à l'inverse de Marvel où les personnages appartiennent à Marvel, et pas aux diverses équipes qui les animent).

Todd Mac Farlane (Spider-Man), Jim Lee (X-Men), Marc Silvestri (Cyberforce), Dale Mac Keown (HULK), Whilce Portacio (Uncanny X-Men), Rob Liefeld (X-Force), Erik Larsen (Amazing Spider-Man) et quelques autres moins connus quitteront alors la Maison des Idées avec pertes et fracas pour fonder respectivement les titres SPAWN, Wild C.A.T.S., Cyberforce, PITT, Wetworks, Youngblood, et DRAGON.

 

Un paquet d'auteurs prestigieux comme Alan Moore, Frank Miller, Barry Windson Smith, Dave Sim, Neil Gaiman, Alan Davis, Arthur Adams ou Peter David participeront à un moment ou un autre à des titres IMAGE.

 

Le problème, c'est que les stars démissionnaires (plusieurs d'entre elles avaient allègrement dépassé chez Marvel les millions de copies par titre !) crachaient dans la soupe, accusant Marvel d'être un exploiteur ingrat de son fond de personnages et de ses artistes se présentant alors comme l'alternative à ce comportement indigne. L'analyse de Marvel était sensée à maints égards, car la maison des idées connaissait au début des années 90 un gigantesque succès en déclinant les opérations publicitaires et les nouveaux titres, en grande partie grâce à la collaboration active de ces mêmes créateurs qui ont surfé sur la vague pour devenir riches et célèbres.

 

 

themaxx01.jpg

Du coup, au lieu de travailler leur scénario en s'entourant de vrais scénaristes  ou en prenant un peu plus leur temps comme Mike Mignola (Hellboy) ou Frank Miller (Sin-City), les prétentions scénaristiques des dessinateurs-stars ont rapidement déçu. Ils se sont révélés incapables de soutenir le rythme effréné communication/dessin/scénario qu'ils s'étaient imposés.

 

Qui aurait pu ?

 

Ainsi, après des chiffres de démarrages en fanfare, gonflés par la spéculation de "Variant Cover", et l'attrait des mots "collector", et "numéro 1", les rythmes de parution des titres IMAGE se sont espacé et le racolage des titres par la violence et les effets de dessins faussement audacieux ( Aaaah Rob Liefeld et consors !) ont généré une armée de clones s'auto-parodiant jusqu'à la nausée, reproduisant toutes les tares du système MARVEL qu'ils dénonçaient un peu plus tôt : Exploitation de jeunôts formés à la copie conforme, mais qui ne toucheront pas un kopek de droits sur leur travail, et déclinaison hystérique du moindre personnage en séries aussi inutiles que torchées.

 

Califes à la place du calife.

 

Voilà comment le milieu des années 90 se caractérise par une désertion conséquente des lecteurs de comics de mon entourage qui remisaient leurs comics au rayon "souvenirs de jeunesse".

 

 

C'est pourtant parmi ce salmigondis qu'est apparu chez Image comics, une création de bien meilleure tenue : "The MAXX", série de Sam KIETH pour laquelle je me suis passionné immédiatement. Sam Kieth n'était alors connu que pour quelques Sandman, Alien, et surtout pour un traitement très étrange de Wolverine dans un bi-mensuel fourre-tout de Marvel : Marvel Comics Presents".

 

MAXX-dessin.jpgPeut-être parce que les heureuses influences de Sam Kieth (Will EISNER, Wrightson, Watterson, Frazetta, Crumb...) y étaient clairement assumées et digérées, j'ai senti quelque chose de différent. L'histoire totalement déjantée et résumée ici m'a plu tout de suite, j'ai acheté tous les numéros de la série. Le courrier des lecteurs est également dans "The MAXX" un élément réellement important de l'objet, puisque les hypothèses qui y étaient émises, les dessins qui y étaient postés créaient un sentiment de club comme je n'avais ressenti auparavant à la lecture d'un comics en version originale.

 

La série a d'ailleurs connu aux Etats-Unis une adaptation en dessin animée sur MTV, série qui remportera l'Oscar de la meilleure série. J'ai envoyé le dessin affiché à gauche, que j'ai eu le plaisir de voir publié en 3ème de couverture dans le numéro 25 (juin 19maxx25.jpg96).

 

L'idée, c'est qu'à un moment de l'histoire, il était sugéré que la véritable identité du personnage principal était liée à son animal totem : Le lapin !

  

Du coup, en reprenant tous les personnages de l'intrigue, j'ai fait apparaître en creux la silhouette blanche d'un lapin. Si j'explique mon dessin, c'est parce qu'au vu de mon scan et de la qualité de mon dessin (j'avais 18 ans, soyez indulgent !), il faut reconnaître que ce n'est pas évident.

 

    N'ayant alors pas de lecteur de comics dans mon entourage pour partager ma fierté, c'est aujourd'hui avec vous que je le fais.

 

Merci internet !

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Fabrice 10/09/2010 11:06



Dis donc, The Maxx ça me rappelle des souvenirs :) 


Image, pour moi, c'est Powers et Liberty Meadows. Powers est parti chez Marvel - qui a créé Icon pour l'occasion - en même temps que Bendis, et Liberty Meadows a été abandonné quand Franck Cho a
commencé à travailler pour Marvel également.



Lefeuvre 10/09/2010 14:11



Hello, Fabrice ! Comment va la vie ?


C'est vrai que c'est toi qui m'a un temps alimenté en "The Maxx", via le receleur de comics Nantais où tu t'alimentais à l'époque : Malgré une
parenthèse de quelques années avec la boutique "Ran Mag", Rennes était et reste bien dépourvu en comics VO!


Pour l'histoire d'Image comics, je m'en tiens au contexte de création de "The MAXX", parce que j'ai décroché des comics quelques temps à cette
époque.


Si j'y reviens un peu ces derniers temps... c'est surtout sous le coup de la nostalgie, et de la redécouverte des aînés !


A plus !


 


 



A Propos De L'auteur

  • Lefeuvre
  • Auteur BD/Illustrateur né en 1977, marié et papa de deux enfants.
  • Auteur BD/Illustrateur né en 1977, marié et papa de deux enfants.