Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 23:11

Je serai présent les 4 et 5 juin 2011 au salon de la BD d'Amiens.

 

"Tom et William" était sélectionné pour le prix 2010 du meilleur premier Album

(c'est peut-être prétentieux de le préciser, mais ça fait avant tout bien plaisir, et je vous rappelle que je ne suis pas suffisamment connu pour me la jouer humble !).

  

Du coup, et comme tous les dessinateurs invités, je suis prié de faire un dessin en vue d'une série d'Ex-Libris imprimés pour l'occasion.

 

 

 

L'idée, c'est de faire un dessin de 17 cm de haut par 9 de largeur, qui sera imprimé sur un format de 20 x 10 cm.

 

Du coup,  j'ai décidé d'inventer le bout de paysage qui se collerait à gauche de la couverture de Tom et William. Comme une photo qu'on aurait décadré, en somme.

 

Et comme Amiens c'est JUSTEMENT dans la Somme, je...

 

Bon O.k. j'arrête.

 

ex-libris-Amiens-copie-1.jpg

 

 

ex-libris-couv.jpg

 

A bientôt.

 

 

 

Repost 0
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 22:15

Vite ! Prendre le temps entre deux boulots d'une petite chronique de "frazettades", vite fait bien fait.

 

Bill Wray est ce qu'on appelle aux Etats Unis un cartoonist. Quelque chose entre Plantu et Matt Groening. Il a en effet officié logntemps à Mad, et est surtout connu pour son apport graphique à un cartoon très fameux outre-Atlantique "Ren & Stimpy" (dans l'esprit de "Bob l'Eponge", ou "Oggy et les Cafards", si vous voyez.. Bien-sûr, que vous voyez).

 

Je l'ai connu pour ma part il y a une quinzaine d'années, lorsque je cherchais fébrilement chaque numéro de USA magazine. C'est dans un des numéros de cette mythique revue (pour moi en tout cas), que j'ai dégotté cette histoire courte "Scritch...Scritch... Scritch..."' dessinée par Wray.

  

Et ce qui est rigolo, c'est d'y relever un emprunt à Frazetta à peu près toutes les 5 cases !

Prenez la première page : il y a deux frazettades là-dedans.

  

Des preuves ? Je vous invite à regarder la nana dans les cases 3 et 6...

bill-wray-1.jpg

... Et à la comparer à celles dessinées dans les années 50 (3 décennies plus tôt) par Frazetta pour des pulps érotiques :

baby2.jpg  baby

 

Observez maintenant la jolie pépée signée Frazetta de la case suivante ("Sans Coeur" - 1954) :

 

sans-coeur.jpg

 ... Et comparez-la avec celle dessinée par Bill Wray, en page 2 de la même histoire : La main, l'encrage du bras droit... Jusqu'au bras improvisé par Wray, nettement moins bon que celui qu'il a copié sur Frazetta.

 

bill-wray-5.jpg

Vous n'êtes pas convaincu à 100 % ?

Alors jettez un oeil à l'homme à gauche dans la même case...

 

... Qu'on comparera avec celui d'une autre case  de la même histoire (ci-dessous), et toujours signée Frazetta des années 50 :

 

sans-coeur2.jpg

 

On continue sur la bande de Wray quelques cases plus loin, avec une héroïne interloquée par la réaction de son compagnon.... qu'on comparera avec la femme dessinée (ci-dessous à droite) par Frazetta dans une autre des histoires de romance "Fausse Route" qu'il dessinera en1953 (à l'apogée de sa technique d'encrage à la plume).

 

bill-wray-6.jpg fausse-route-detail.jpg

Je n'ai pris ici qu'un bout de cette case pour mieux voir la femme. Car si je prends la case en entier dessinée par Frazetta... et que j'y ajoute la case qui suit ...

 

fausse-route.jpg

 

... On retrouve dans cette femme qui se tient le visage dans les mains un autre emprunt à Frazetta (même histoire signée de Wray) :

 

bill-wray-9.jpg

 Revoici la même case, cette fois réinscrite en 5ème position dans la planche de Wray.

 

C'est désormais à la case 2 de cette planche qu'il faut regarder :

bill-wray-7.jpg

 

... Et comparer avec la sautillante héroïne et l'homme qui la suit, croqués par Frazetta dans une autre de ses histoires de romance, toujours des années 50 :

trop-tard.jpg

 "Trop Tard pour l'Amour" -  © Frazetta - 1953

 

Comme disait Desproges : "Etonnant, non?"

 

Pour une histoire de 5 pages, Bill Wray aura réussi à pomper Frazetta pas moins... de 8 fois !

Le record de Ralph Reese est donc battu de deux petits points !

 

Pour en finir avec ces histoires de romance de Frazetta, une petit emprunt de Jordi Bernet (dessinateur surdoué de TORPEDO) à Frazetta :

 

Dernière case de "Sans Coeur" par Frazetta - 1954

love

Case de "Nuit de Noces" par Bernet (dessin) et Abuli (Scénario) - © Vents d'Ouest

 

baiser-bernet

 

Pour terminer cette chronique, je vous propose une petite incursion dans les comics, avec deux couvertures de la fin des années 70.

La première est une couverture de Ka-Zar (l'ersatz de Tarzan made in Marvel), signée par Brent Anderson. Les Lugophiles français le connaissent principalement pour l'excellent Graphic Novel des X-Men "Dieu Crée, L'homme Détruit".

 

brent-anderson_cover_ka-zar-the-savage-n13-apr1982-384x600.jpg

  KA-ZAR numéro 13 par Brent Anderson...

 

Appréciez maintenant une des couvertures signée Frazetta pour le roman de E.R. Burroughs "Tarzan and the Castaways" (vers 1964) :

frazetta_tarzan-and-the-castaways_ny-canaveral-press-1965-4.jpg

   

C'est presque touchant de se dire que le seul élément que Brent Anderson n'ait pas copié de l'original (le visage de "son" Tarzan), cet élément est totalement raté, et absolument pas raccord avec le graphisme du reste du corps de Tarzan.

 

 Car la force de Frazetta est de démontrer à quel point une bonne illustration est celle ou une seule image nous donne l'illusion de voir ce qui s'est passé juste AVANT le moment illustré... et ce qui s'est passé juste APRES celui-ci.

 

C'est le résultat d'un savant mélange d'encrage : la direction des traits de vitesse sur les jambes, par exemple, de la tension dans les doigts et les muscles de la main qui tiennent la femme (on sent presque son poids)... et la précision machiavélique du noir de la branche à laquelle on imagine déjà le noir dans la main de Tarzan se saisir avec la force d'un étau.

Implacable. Toute l'intensité d'une fuite puissante est là, en un dessin.

Les copieurs ne copient que la forme, jamais le fond !

 

   "Quand le sage montre la Lune, le singe regarde le doigt".

 

Pardon Brent : On est bien loin avec ton bonhomme au bras déformé qui fuit on ne sait quoi en s'accrochant à des intestins roses posés dans des arbres... de la classe de l'original.

 

Allez ! Une petite dernière pour la route, la couverture du mythique Conan signée du non moins légendaire John Buscema :

 

john-buscema_conan-the-barbarian-v1-n96-600x937.jpg

 

On compare maintenant avec le magnifique lion, dont l'asymétrie faciale rajoute encore à l'intensité de l'instant capturé par Frazetta, et la végétation au sol :

 

frank-frazetta_tarzan-and-the-castaways_illo-600x636.jpg

  Quant au personnage de Conan, Buscema n'a jamais eu besoin de personne, ni même d'un livre de Frazetta posé pas trop loin de sa table de travail pour enfoncer tout le monde.

 

A bientôt.

 

Repost 0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 19:42

Si vous souhaitez exercer un jour ce beau métier d'illustrateur free-Lance, je vous conseille la chronique suivante.

Quant aux autres, je ne peux que vous conseiller de passer outre, et continuer d'apprécier les livres en bienheureux.

 

 

Ah, on n'en finit pas de gloser sur les rapports commanditaires/éditeurs/auteurs !

 

En effet, les deux premiers ne sont pas forcément une seule et même entité : Ici, le commanditaire du livre "Contes Léonards" est la communauté de communes du Pays de Lesneven (Nord-Finistère - Le fameux pays du Léon qui donne son titre au livre). Et ce n'est pas simple de travailler avec plusieurs interlocuteurs... A plus forte raison quand l'un d'entre eux est un politique, que celui-ci se réveille après la bataille, et ne semble pas savoir ce qu'il veut.

  

 

Au matin de faire imprimer la couverture du-dit livre (celle-là même qui a déjà fait l'objet d'au moins 6 versions et autant de chroniques ici-même), l'éditeur m'appelle pour me dire que "le client" ne veut pas du tout de cette couverture, pourtant validée il y a 3 semaines aujourd'hui. 

- Pour info, le livre est programmé pour une sortie le 2 mai 2011.

- Nous sommes le 15 avril.

 

Et on me renvoie une vague couverture faite il y a 3 ans (au début du projet), sans doute par un maquettiste des éditions. Cette image a probablement été montée d'après une illustration trouvée sur le net. Mon nom n'était alors pas encore impliqué (je n'ai été contacté pour ce projet qu'en décembre dernier, pour un feu vert officiel à la mi-mars).

 

Cette image provisoire (cf.ci-dessous), avait pour seule fonction d'aider un politique à se figurer un livre qui n'existait alors encore qu'à l'état d'idée, pour en valider le principe et le format.

 

Le dessin n'était donc bien là qu'à titre indicatif. J'en veux pour preuve qu' il n'est pas question de fées dans ces contes, pas plus que de Korrigans. Plutôt des anecdotes pittoresques, historiettes tantôt drôles, tantôt frissonnantes, une ou deux bondieuseries locales et autant d'histoires de revenants. Les habitués du blog ont d'ailleurs pu voir ici ou le style de dessins que j'ai pu en tirer.

 

Peu à voir donc avec la proposition ci-dessous :

 

Contes leonards 1

 

On revient à hier matin. Coup de fil de l'éditeur de chez COOP BREIZH - éditeur par ailleurs précieux pour son catalogue tourné vers une production en Bretagne de qualité - il est important à ce stade de le souligner.

 

L'éditeur donc, m'annonce que le client VEUT ce premier dessin. Celui-là même affiché juste deux lignes au-dessus.

 

Parce que c'est ça qu'il a vu il y a ans, et que c'est ça qu'il veut aujourd'hui. C'est le CLIENT : Il a donc RAISON. En tout cas, c'est ce qu'on m'explique très gentiment.

 

Quelques heures plus tard, le dessin suivant était mailé à l'éditeur :

 

couverture-7.jpg

 

- A 8 heures et demie ce matin (5 heures de sommeil pour moi - une moyenne de ces dernières semaines), coup de fil de l'éditeur ravi et soulagé : "C'EST la couverture ! Encore bravo ! Tu as bien bossé... Et tard !"

   

 

A Will Eisner, dessinateur de comics légendaire récemment décédé et grand théoricien d'un métier qu'il a contribué à élever, des élèves d'Angoulême assis en tailleur comme des indiens ont demandé :

 

"- Aviez-vous conscience de révolutionner la BD, quand vous faisiez ces fabuleux épisodes du Spirit dans les années 50 ?"

 

Réponse du maître :

 

"- Peut-être. Parfois seulement.

- Sans doute autour de 4 heures du matin, quand je me creusais encore la tête pour trouver une meilleure idée que la plus évidente, alors que j'avais un épisode entier à livrer à l'aube !"

 

Alors comme Will Eisner en son temps (toutes proportions gardées, hein : je ne me compare pas !) J'ai concilié exigences du commanditaire, de l'éditeur... avec les miennes aussi.

 

Si vous voulez faire ce métier, bravo ! Il y a de grandes satisfactions, rencontres et épanouissements à en attendre. Mais sachez aussi que le genre de situations décrite plus haut n'est pas forcément un cas isolé, et arrive régulièrement ! Il m'a paru ... disons intéressant de mentionner cet épisode dans un blog censé rendre compte du travail d'un auteur free-lance - Ne serait-ce qu'une fois !

   

Allez : Je reviens vite avec pleins de contre-exemples à ce petit coup d'humeur passager : Par exemple une affiche de festival de musiques Irlandaises faite dans une collaboration heureuse, constructive et féconde !

 

Bon week-end !

 

 

Repost 0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 11:58

Je commence un nouveau projet de bande dessinée (Encore un !).

 

Cette-fois-ci, c'est une héroïne destinée aux petites filles. L'héroïne s'appelle Lilou, et son petit chat : Câline

 

J'ai envie d'ajouter que la perspective de faire quelque chose pour un public qui constitue (environ) 33,33 % de ma cellule familiale me réjouit !

 

Du coup, le chat est calqué sur le modèle qui ronronne en ce moment même à côté de moi.

 

 

 

L'esthétique de mes premières recherches est "disneyenne":

 

Pour m'imprégner du goût de ce futur public, je suis parti piocher des livres dans la bibliothèque (très rose) de ma fille de sept ans, où un livre a retenu mon attention par des illustrations au traitement des couleurs audacieux, des partis-pris dynamiques et des personnages très expressifs : Il s'agit de "Raiponce" (éd. Hachette), d'après le dernier long-métrage en date des sudios Disney.

  

Moi qui cherchait à apporter un petit quelque chose de féminin à mon dessin, sans verser dans la minauderie, je trouve là une piste séduisante...

 

Je referme vite le livre (pour ne pas être trop influencé), et je me mets à crayonner, directement à la tablette graphique.

 

  Quelques heures plus tard : Voilà Lilou première mouture : Jolie, fringuée de petites sapes sympa, et un petit truc bien à elle (une dent manquante, et une barrette décorée d'une fleur jaune dans des cheveux... roses !)

 

 

lilou3

 

Un petit zoom sur les visages :

 

lilou-détail2c

 

lilou-détail1c

 

 

Pour finir, un super-zoom du visage ci-dessus. J'aime l'alternance des couleurs chaudes/froides, jouer avec les contrastes (forts dans les zones importantes, comme le regard, les contours... c'est à dire partout où je cherche à attirer l'oeil du spectateur).

 

lilou-détail3

 

 

Petite apparté : Ce livre "Raiponce" que j'ai mentionné plus haut, ne contient pas d'images directement issues du film, mais des illustrations créées à la tablette graphique spécialement pour l'édition. Le crédit de ces images (sans doute un travail collectif) n'est signé que d'un très anonyme : The Disney Storybook Artists.

 

- On a beau être dans une industrie clairement affichée comme telle, je trouve toujours dommage (à plus forte raison en tant que dessinateur) de ne pas indiquer les noms des dessinateurs.

 

Pour prendre un contre-exemple, les personnages de Spider-Man, Hulk, les X-Men, Thor, Captain America ou encore  les 4 Fantastiques avec lesquels j'ai grandi, sont également franchisés, et n'appartiennent donc pas aux scénaristes et dessinateurs qui les ont définis mais à la société MARVEL* qui les exploite. Ils n'empêchent qu'à MARVEL le nom des auteurs de chaque comics, ainsi que celui de l'encreur (personne chargée de mettre au propre les crayonnés du dessinateur), le lettreur et l'éditeur...sont TOUJOURS mentionnés, et le nom des créateurs premiers (souvent Stan Lee et Jack Kirby dans le cas MARVEL) rappelé.

Ainsi, même dans un pays comme les Etats-Unis, où le droit des auteurs est des années-lumières derrière le nôtre, il y a du moins dans le monde des comics une reconnaissance de l'identité des artisans.

 

C'est comme ça que l'oeil s'éduque, et que les amateurs peuvent reconnaître au fil du temps les différentes "pattes" et styles de dessins d'une série : Par le NOM de ses auteurs !

 

* Marvel© qui est d'ailleurs depuis peu une filiale du groupe Disney© !

 

 

Repost 0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 18:24

Je finis à l'instant la 26 ème et dernière illustration d'un nouveau livre :

 

 "Le Guide de la Bretagne Insolite et Relax".

 

Le livre paraîtra début mai, aux éditions de la Ligne Pourpre celles-là même pour lesquelles j'ai participé à "l'Etonnante Histoire de Rennes", le mois dernier.

 

 L'idée, c'est de concocter un guide, façon "Guide du Routard" ©, où l'on découvre pas moins de 100 lieux de séjour plutôt atypiques, sympa (c'est dit dans le titre).

 

LL-Tredarzec-29-Abri-Barges

Tredarzec (22) - "L'Abri des Barges".

 

Il y aura donc 100 articles, et 100 dessins. Je ne réalise que 26 dessins. Les autres sont le fruit d'autres dessinateurs Bretons, et j'assure la totalité de la mise en couleur.

 

Pour l'heure ce sont mes dessins uniquement que vous allez découvrir ci-dessous.

 

Et il y a de tout en Bretagne : Depuis la Villa Hamster, où vous vivrez comme dans une cage à rongeur géante, mangeoire et roue comprise, jusqu'aux cabanes dans les arbres en passant par les restos étranges... ou bios... ou les deux... sans parler des bars les plus pittoresques.

 

Une sorte de bible pour bobo, en somme... mais Sympa !

 

- N'a-t-on pas tous quelque chose en nous de bobo ?

 

Allez, c'est parti !

 

 

LL-Berrien-Autre-RiveLL-Bouée-Villa-cheminée

                "L'Autre Rive"                                     "La Villa-Cheminée"

               (Berrien - 29)                                         (La Bouée - 44)

 

LL-Cavan-22-SonLL-Concarneau-29-coiffeurde

         "Centre de Découverte du Son"                 "Le Coiffeur de Rue"

                    (Cavan - 22)                                   (Concarneau - 29)

 

LL-Douarnenez-BigorneauLL-Guilers-29-cigale

        "Le Bigorneau Amoureux"                                "La Cigale"

               (Douarnenez - 29)                                   (Guilers - 29)

 

LL-Kernascleden-56-chauvesoLL-Lizio-56-Musee-Metiers2.jpg

         "Maison des Chauve-Souris"                        "Musée des Métiers"

               (Kernascleden - 56)                                 (Lizio - 56)

   (Le Batman, je n'ai pas pu m'empêcher).

 

LL-Lohéac-35-MuséeAutoLL-Lorient-56-jardingourman-copie-1.jpg

            "Musée Automobile"                            "Le Jardin Gourmand"

               (Lohéac - 35)                                         (Lorient - 56)

 

LL-Milizac-29-récré3curésLL-Moncontour-22-Chaudron

             "Parc des 3 Curés"                         "Le Chaudron Magique"

               (Milizac - 29)                                  (Moncontour - 22)

 

LL-Morlaix-29-atypikLL-Nantes-44-clannanas

                "Atipik Billig "                                 "Le Clan des Nanas"

               (Morlaix - 29)                                         (Nantes - 44)

 

LL-Nantes-44-labordageLL-Nantes-44-madamebla

            "A l'Abord'âge"                                        "Madame Bla"

               (Nantes - 44 )                                      (Nantes - 44)

 

LL-ploemel-56-ptit-DélireLL-portlouis

                "P'tit Délire"                                "Les Brasses du Bengale"

               (Ploemel - 56)                                  (Port-Louis - 56)

 

LL-Quiberon-56-ninichesLL-Vannes-56-Cour-Anges

            "Niniches de Quiberon "                   "La Cour des Anges"

               (Quiberon - 56)                                  (Vannes - 56)

 

LL-Redon-35-rouges-emailLL-Rennes-Archiduchesse

                   "Rouge émail"                   "Les Chaussettes de l'Archiduchesse"

                   (Redon - 35)                                  (Rennes - 35)

 

LL-Rosnoen-29-reskibilouLL-Tréméoc-29-Vallée-Guip

 

            "Gîtes du Riskibilou"                   "La Vallée du Guip"

               (Rosnoen - 29)                                  (Tréméoc - 29)

 

Pour terminer, ci-dessous : Sans doute mon préféré : Le Musée du Pâté Hénaff !

Fierté de notre région, les boîtes  du célèbre pâté affichent : New-York - Paris - Pouldreuzic !

LL-Poudreuzic-29-Hénaff

 

Dommage qu'on m'ait demandé de le refaire...

 

 LL-Poudreuzic-29-Henaff3.jpg

  Dans le cas présent de l'illustration du pâté Hénaff, on comprend bien le risque de dérive du genre d'entreprises qu'est le guide de tourisme : Celui de confondre illustration indépendante... et travail de propagande au service du lieu cité - par ailleurs important client dudit éditeur.

 

- Au final, plutôt qu'un regard personnel (regard néanmoins bienveillant), on se retrouve exécutant d'une image de marque à soigner.

 

 

Quelques rajouts de dernière minute :

LL-22-Plouagat-terrarium    LL-22-Tremorgat-coriandre

                  "Terrarium"                                   "resto itinérant Coriandre"

               ( Plouagat - 22 )                                      (Tremargat - 22)

LL-29-Audierne-Art-BanniereLL-29-nid-diroise 

          "L'Art et la Bannière"                                   "Nid d'Iroise"

               ( Audierne - 29 )                                   ( Lanildut - 29)

 

LL-29-Plonevez-MerosLL-56-Lizio-ferailleur

          "Domaine du Méros"                            "Rêve du Ferailleur"

        (Plounevez du Faou - 29 )                           (Lizio - 56)

 

Repost 0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 11:13

Ce week-end, cap sur Grenoble et le super festival de Grenoble organisé par les éditions Mosquito.

 

Derib et madame Derib, Maryse et Jean-François Charles, mon poto Pierre Dubois, François Corteggianni & fils, Maël, Laurent Verron, Casini, Frezzato, Marc Caro, le discret Al Coutelis, Keramidas ou encore Marc Wasterlain sont justes quelques-uns des éminents invités de ce salon aux températures estivales.

 

Le reste se passe de commentaires : Les dessins parlent.

Merci à la librairie Momie Folie, et à l'année prochaine j'éspère !

 

 

  Albator Astérix

                         Albator                                            Astérix

 

 

  Barbe-Rouge Batman

                    Barbe-Rousse                                 Batman

                      (dédicace 240)

   

Batman-2 Blueberry

                                Batman                                                  Blueberry

                                                                            (co-signé du scénariste de "La Jeunesse

                                                                            de Blueberry" : F. Cortegianni !)

 

Cape-et-de-Croc-(de) Capitaine-FLAM

           De Cape et de Crocs                                Capitaine Flam 

  

Corto-Maltese Doc-Justice

                    Corto Maltese                                 Doc Justice

 (on n'a pas honte, alors que Silvana

       Pratt est à 5 mètres de moi...)

 

Dragon-Ball Freddy-Mercury

                    Dragon Ball                                 Freddy Mercury (!)  

 

Günnar Jayce

                    Günnar                                    Jayce et les Conquérants

                         (dédicace 250)                                     de la Lumière

 

KIWI Lutin

                    KIWI                                Un Lutin pour mon premier livre :

                                                      "Carnet de Route d'un Chasseur de Lutins"

 

Mohican Rahan

                    Mohican                                 Rahan

 

Rige Spider-Man

                    Le Rige                                 Spider-Man

 

Superman Winnie-l'Ourson

                    Superman                                 Winnie l'Ourson

 

Wolverine Kurdy-Malone

                          Wolverine                                     Kurdy Malone

                     (dédicace 260)                                             Dominique de la dédicace ci-dessus

                                                                                        et sa femme me déposeront à la gare

                                                                                       de Grenoble pour que je puisse avoir

                                                                                     le temps de faire en trombe le Wolverine

                                                                                          à gauche pour un dernier lecteur.

 

Elouan

 

 

Et puis je termine par cette ultime dédicace du week-end, faite dans la voiture de Cyril. on s'est rencontré au guichet de la SNCF où je cherchais un moyen de rejoindre Lyon suite à l'annulation des trains sur cette ligne.

 

 La dernière turpitude du week-end !

 

- Cyril a rempli sa voiture en 30 secondes chrono pour amener dare-dare 3 infortunés voyageurs (dont moi) à leur correspondance. Et comme Cyril était papa depuis la veille d'un petit Elouan, ainsi qu'un grand lecteur de BD (le hasard), un faire-part de son fiston s'est improvisé, valises sur les genoux, dans sa voiture.

 

       

- On mène des vies de dingues, eu'j'vous dis !  

 

Pour finir, une petite vidéo du maestro Massimiliano Frazzeto, que je lisais il y a 20 ans déjà, dans USA magazine.

Comme je ne parviens pas à l'importer, je vous mets le lien : http://www.dailymotion.com/video/xhygqy_massimiliano-frezzato-dedicates-at-grenoble-french-comic-book-festival-april-2011_news

 

 

 

Repost 0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 15:41

 

packshot 

 Un artbook rassemblant les plus belles images du projet tsunami est en cours de réalisation aux éditions CFSL, grâce aux travaux offerts par des dizaines de dessinateurs.

 

Ce livre est en prévente grâce à Ankama Shop. Vous pouvez le commander dès aujourd'hui pour le recevoir à sa sortie le 8 septembre.

    10% des recettes seront reversés à Give2Asia, c'est à dire que les auteurs cèdent leurs droits.

   

  Ma participation :

 

   

 

TigreJapon.jpg 

Pour info, le logo rouge est celui de la TEPCO, équivalent Japonais de notre Areva Français.

Même opacité, même mépris, même cynisme, mêmes fonctionnement. Ca c'est pour le côté politique de la catastrophe en elle-même et son pendant nucléaire.

 

Cela n'engage évidemment que moi, et quelques milliers de militants anti-nucléaires Japonais qui se battent pour qu'on entende leur voix. Car malgré ce qui ressort des médias étrangers, et notamment Français, ces militants existent bel et bien, ne sont pas des forcenés ni des flippés du progrès. Ce sont des citoyens, hommes et femmes, parfois scientifiques, et parfaitement respectables.

On peut les entendre lors d'une série de 5 reportages faits par l'équipe de journalistes de l'émission de France Inter "Là-bas si j'y suis", diffusée du 2 au 9 mai 2011, archivées sur le site de cette émission qui aura rarement aussi bien mérité son nom.

 

 

Pour le côté humanitaire du truc, Je laisse la parole aux initiateurs du projet :

   

" Projet TSUNAMI.

 

Le projet Tsunami a été initié d’un mouvement commun et simultané, sur les réseaux sociaux et les communautés, à l’initiative de Jean-David Morvan, Sylvain Runberg, Aurélie Neyret, Kness & Made ainsi que toute la communauté CFSL.net. (...).

L’idée principale étant de mettre en oeuvre un savoir faire commun pour venir en aide de manière effective aux victimes de la catastrophe via trois moyens principaux:
- une vente aux enchères, organisée grâce à la collaboration de la Galerie Arludik à Paris, des dessins originaux réalisés pour l’occasion et dont les bénéfices seront reversés à une association de soutien aux victimes de la catastrophe.
- la création d’un ouvrage collectif dont les bénéfices seront également reversés à Give2Asia – Sortie prévue en septembre 2011.
- la réalisation d’une exposition itinérante pour populariser notre action."

 

Repost 0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 12:24

La nuit porte conseil, et voici ce qu'elle ma soufflé cette nuit :

 

-"Hey ! Pssst ! Woh, l'artiste ! Ta couverture des Contes Léonards.. Elle est ratée ! Réveille-toi ! Il n'est pas trop tard !"

 

Voilà ce qui me tire du lit à 5 heures ce matin. Misère !

 

couverture-4

 

Je me lève, j'allume l'ordinateur. Et là... force est de constater que la nuit a raison :

 

- D'abord, il y a ce conteur à l'air pervers...

On dirait un psychopathe qui anonne nerveusement un "AM-STRAM-GRAM" sadique pour savoir qui y passera le premier.

   Pas de bol pour la petite tête blonde à gauche.

 

- Et puis cet arrière-plan impressionniste trop présent, criard...

 

- La couleur du titre, aussi. Trop fade.

 

   Mince !  moi qui pensais avoir fait une couverture où un grand-père transmet le patrimoine oral de son enfance... Pas  l'affiche d'un film d'horreur !

 

  Je n'aime plus ma couverture.

 

 

 

A midi, une toute nouvelle couverture :

 

couverture-5

 

Eh ben voiiiiiiilà ! Tu vois quand tu veux ! (la nuit aime le triomphalisme).

 

En lieu et place d'Hannibal Lecter, un gentil papi moustachu vintage, comme dans les peintures de Norman Rockwell, ou les pubs de bonbons "Werther's Original" (suivant vos références).

Depuis Jean Rochefort installé dans un rocking-chair devant un bon feu de bois pour présenter Winny L'ourson, jusqu'à Louis La Brocante, on n'a pas trouvé mieux que la moustache pour faire gentil, vous ne trouvez pas ?

 

Bon d'accord, il y a des contre-exemples. Revenons à nos moutons.

 

- A l'arrière-plan, l'explosion abstraite de couleurs a fait place a un peu de cette fameuse côte des légendes découpée de rochers.

 

Désormais, on comprend que le gentil papi RACONTE quelque chose.

 

Et puis un titre plus orangé, moins fade que le précédent parachève les modifications.

 

STOP ! On ne touche plus : Il faut savoir s'arrêter.

 

Mais déjà l'éditeur a reçu la nouvelle version, et me demande de faire une toute autre proposition... moins enfantine !

 

Ma sieste attendra...

 

couverture-6

 

  19h00.

 

Ca y est !

 

J'ai fini la nouvelle version de la couverture.

Nous voilà dans une toute autre direction. Fini le gros plan du conteur avec les deux têtes de gamin.

 

Place au cadre majestueux de la Côte des Légendes !

 

Les personnages sont désormais en pied, et en costume : il n'y a plus de barrière entre le conte et le moment conté.

Comme beaucoup des histoires de ce livre en somme.

 

Mais le conteur n'est pas ici un simple baragouineur : Il est séparé de son public par un creux de rochers dont les formes inquiétantes impressionnent les plus jeunes auditeurs. Ce visage creux, à demi caché sous les rebords d'un chapeau n'est-il pas celui d'un sorcier ? Le conteur domine. Derrière lui, l'orage à venir semble lui obéir.

 

Tiens, à propos de "baragouiner"... Les mots bretons bara (pain) et gwin (vin) seraient  à l'origine du verbe, parce que les Bretons, dans une auberge, avaient coutume de dire "bara, gwin" : "du pain, du vin".

 

Petit jeu : trouvez les deux diables et la jeune fille cachés dans les rochers.

 

 

  

Repost 0
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 09:13

Les 7 dernières illustrations, ainsi que la couverture du livre "Contes Léonards - Histoires au Coin du Feu de la Côte des Légendes", à paraître mi-avril (ça s'appelle du flux tendu) aux éditions Coop Breizh.

 

 

  

On commence par la couverture :

 

couverture-4.jpg

 

 

 

"Ombres sur le Chemin"

Histoires de fantômes au manoir de Lesguern, à travers le témoignage d'une vieille dame. On y voit ici les deux versions (la première était trop sombre).

Ombres-sur-le-Chemin

 

Version 2 ci-dessous :

Ombres-sur-le-Chemin2 

 

"Le Pont du Paradis"

Cette historiette ressemble plus à une anecdote légère sur la figure locale d'un curé qu'un véritable conte. Pont-du-Paradis

 

 

"La Promesse du sieur de Pratanlouet"

Un seigneur avare, des paysans brimés pour un salaire de misère, et une justice céleste venu rétablir la balance.

 

Promesse-Pratalouet

 

 

 

"Le Revenant"

Contrairement à ce que le titre pourrait laisser paraître, il ne s'agit pas d'une histoire fantastique. Le thème ici est l'absence et le deuil.

 

Revenant

 

 

"Les Rochers de la Danse"

Il ne faut jamais regarder les garçons ! Encore moins leur faire des oeillades en gloussant sur la lande, à l'heure de la messe. Il le leur avait bien dit d'un seul regard désapprobateur, ce curé là ! Rien à faire : Les filles ont voulu danser plutôt que prier, elles le feront désormais pour l'éternité... transformées en pierre !

Et comme le Diable n'est pas très loin dans ce conte... Il s'est invité à la danse.

 

Ami lecteur, sauras-tu le retrouver ?

Rochers-de-la-Danse

 

"Le Vieux de la Venelle"

Encore un conte avec "l'histoire dans l'histoire". On part d'un lieu, d'un temps (souvent contemporain), et on nous emmène dans un deuxième récit qui est le coeur même du conte. Car les histoires se rappellent à nous quand les événements les demandent, conseils donnés par nos ancètres à travers les brumes du temps. C'est le cas pour "Le Vieux de la Venelle", qui a pour figure centrale Salaün ar Fol (Salaün le fou).

 

De nos jours, une grand mère explique à son petit fils, perturbé par sa rencontre avec le vieux Sam, l'histoire de

Salaün, simple d'esprit qui a vécu il y a bien longtemps dans les branches d'un chêne et dormi dans ses racines, car il voyait dans l'arbre la sainte  figure de la Vierge Marie.

 

  Vieux-de-la-Venelle

 

 

"Le Voleur de Borne"

Une célèbre histoire de fantôme breton qu'on retrouve dans la non moins fameuse "Légende de la Mort" d'Anatole Le Braz. Le style du dessin est plus lâché ici.

 

 - Autrefois, il était coutumier d'utiliser un énorme rocher pour séparer des parcelles.

A la mort de son frère avec qui il partageait le champs de Croaz Kerroulé, l'aîné à triché en déplaçant une nuit la borne de pierre mittoyenne de quelques mètres à son avantage, pénalisant ainsi la veuve restante. Mais bien mal acquis ne profite jamais, surtout quand on commet un tel affront à côté de la sainte croix. En mourrant à son tour dans l'année, le voleur est condamné à errer les nuits de pleine lune dans son champs, L'âme en peine, avec la borne de pierre sur le dos. Et le promeneur attardé entendra la sinistre compainte lui percer le corps d'effroi :

 

" E Pelec'h e rankan he lakaat ? E Pelec'h e rankan he lakaat ?"

Littéralement  : - "Où dois-je la poser ?  Où dois-je la poser ?

 

Et tant qu'un courageux ne lui répondra pas, sa pénitence durera.

 

Dans mon dessin, c'est plus la culpabilité de l'injustice faite à son propre frère que le fantôme subit, avec cette figure morte dessinée dans les reliefs de la pierre.

 

 

  Voleur-de-Borne

 

 

Il ne vous reste plus qu'à prendre vos duvets, des chaussures, allumer un feu de camp cet été, et lire ces histoires à vos enfants !

 

 

 

Repost 0
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 08:39

Je continue aujourd'hui à dévoiler les illustrations réalisées pour "Contes Léonard", à paraître mi-avril dans le quart-ouest de la france aux éditions Coop Breizh.

 

7 nouvelles images.

7 autres paraîtront bientôt, avec la couverture finale réalisée hier.

 

 

 

"La Fontaine qui Punit".

Première illustration réalisée, déjà postée ici il y a quelques temps avec les différents croquis qui ont présidé au choix final. Je la remet ici.

 

Fontaine-qui-Punit

 

 

 

"Goulven"

L'histoire d'un ermite venu d'Irlande, un sage qui vivait loin des hommes (et des femmes dont le pouvoir de séduction l'effrayait) tout en leur dispensant miracles et conseils.

Je lui ai donné la posture d'un gorille, image de la force calme, et de la sagesse.

Goulven

 

 

"L'Homme-Nourrice".

 

Les forces divines qui opèrent dans l'imaginaire Breton ressemblent beaucoup à une transcription des forces païennes (sirènes, lutins, démons, spectres) qui précédaient la religion chrétienne.

  

Pour imposer le christianisme, l'Eglise a greffé et mélangé les évangiles et les dates de fêtes religieuses sur celles des anciennes croyances. D'ailleurs, certaines églises présentent encore des sirènes sculptées dans leurs colonnes, et des statues lugubres de l'Ankou, figure de la Mort, dans leurs arches. C'est une des raisons pour lesquelles ces peurs très anciennes propres à la Bretagne, ces panthéons fantastiques ont aussi bien résisté dans la péninsule Armoricaine. Mais il serait sans doute un peu présumé d' affirmer que la religion matrimoniale (tournée sur la Nature) a été supplantée par une religion patriarcale, avec l'Homme en son centre, et la femme reléguée au rang de sorcière (nouveau statut des anciennes fées), ou de Sainte.

Homme-nourrice

  

Dans "L'Homme-Nourrice", on ressent en effet comme une ode à la femme libre et généreuse : Celle que l'on appellera Sainte Honorine n'est encore que la fille d'un roi partie vivre en forêt où elle vit très simplement. Honorine ira jusqu'à se trancher un sein pour sauver son père, alors que celui-ci l'avait rejetée. Elle est une figure marginale à qui le petit macho de héros devra très humblement faire amende honorable.

Lui est un jeune homme qui ne rate pas une occasion de moquer et peloter les jeunes filles venues boire la première eau de la fontaine Sainte Honorine, patronne des nourrices... avant de se retrouver lui-même affublé d'une paire de seins conséquente !

Seul un repentir sincère à Sainte Honorine lui rendra à la fin son apparence virile. Mais il devra avant cela renoncer à ses anciennes certitudes, changer d'attitude, évoluer et écouter avant d'être soulagé de ses seins encombrants. Une part de féminité assumée pour gagner sa liberté ! Pas mal, pour une "bondieuserie", non ?

 

Dans beaucoup de contes Bretons, les héros sont de fieffés coquins, peu respectueux des choses de l'Eglise et d'autrui. Et souvent, la conclusion de ces contes montrent comment les forces divines vont le remettre dans le droit chemin. A la fin, la mort est souvent présente, mais dans la justice de Dieu ! Ceci illustre combien l'imaginaire Breton est loin de celui, par exemple de celui des " Milles et Une Nuits", où des mendiants finissent couverts d'or et de femmes dans des palais chatoyants. Les contes en disent long sur les fonctionnements profonds d'un pays, d'une région et de ses habitants.

 

- Quand je vous dis que l'on devrait se pencher un peu plus sur les contes originels !

 

 

 

 

"Jehan Marhec".

Sorte de brute meurtrière et fourbe. Un jeune homme qui fait corps avec son cheval Mourmouz. Il porte en lui une haine inextinguible venue d'une injustice faite à ses aïeux. Et même s'il ne sait rien de cette histoire, il cherchera querelle au descendant direct de ces faits. On sous-entend ici que la soif de justice (plus exactement de vengeance) court dans le sang !

Jehan-Marhec

 

 

"Kannerez Noz".

Ca veut dire "Lavandières de Nuit". Mes fantômes bretons préférés !

Il s'agit de femmes maudites qui soient lavaient leur linge après l'Angélus (un péché), soit ont perdu un enfant avant que celui-ci ait été baptisé. On entend à la nuit près des "Doués" (point d'eau), le sinistre claquement de leur battoir qui frappe leur linceul qu'elles sont condamnées à laver la nuit. Qu'un malheureux promeneur accepte de les aider à tordre leur linge pour l'essorer, et il se verra entraîner dans une mortelle torsion qui lui brisera tous les membres, à moins qu'il veille à tordre dans le même sens qu'elles !

C'est la rencontre que fera Wilherm Postick dans cette histoire.

 

Je n'ai pu me résoudre ici à dessiner ces fantômes lugubres, préférant de loin laisser le lecteur se les figurer lui-même. Du coup, j'ai opté pour montrer les arbres qui tentent de prévenir le malheureux.

 

Kannerez-Noz

 

Oui mais voilà : Je me suis laissé emporter par mon enthousiasme ! Le public visé par ce livre des Contes Léonards ne doit pas se limiter à celui des "Contes de la Crypte" ou des fans de Tim Burton ! Il s'agit d'un livre "grand public".

Alors j'ai refait de moi-même la version ci-dessous.

 

Kannerez-Noz-2

 

 

"La Laine Noire"

 

L'histoire d'un gouverneur Romain tombé amoureux de la fille du roi local, et dont il ne se verra accodrer la main que s'il parvient à nettoyer la laine noire d'un manteau. Mais l'amoureux transi ignore que ce manteau a été tissé dans la laine d'un mouton... NOIR !

II passera des mois, à laver désespérément une laine de plus en plus noire, jusqu'à ce qu'on le retrouve un joli matin d'hiver, mort, les mains prises dans la glace.

Laine-Noire

 

 

 

"Ar Miliner" (Le Meunier)

 

 L'histoire d'un meunier, de la jeune fille qui gagnera lentement son coeur, de leur bonheur, et de la fin cruelle et insensée de leur histoire. J'ai choisi de représenter les moments heureux de leur vie. Après tout, il faut se rappeler des belles choses, et les drames qui concluent parfois des vies ne doivent pas effacer le reste.

Miliner

 

Suite et fin des "Contes Léonards" la prochaine fois.

 

 

Repost 0

A Propos De L'auteur

  • Lefeuvre
  • Auteur BD/Illustrateur né en 1977, marié et papa de deux enfants.
  • Auteur BD/Illustrateur né en 1977, marié et papa de deux enfants.