Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 23:21

   

              Ca y est !

 

Je les tiens dans mes bras : Ce sont deux beaux garçons :

 

Tom fait 20, 450 kg et  William dans les 75, 325 kg.

 

Ils sont en pleine forme, et bien que fatiguée par ce double accouchement (presque deux ans de gestation, quand même !), la maman se porte bien, merci pour elle.
      
couverture-perspective2 

                                                                          

 

    Quant à moi, ça va sans dire que je suis un fier papa !

 

Merci au bloc de l'hôpital du Lombard : Pôl le médecin-chef du service, Nathalie la sage-femme, Eric, Rebekah, Florence, Stéphane Duval pour les stages d'accouchements, Diane et Sophie pour l'accompagnement post-accouchement.  

                                           (ça va pas mieux).

 

 

 

banniere-blog-web2.jpg   S

 

   

- Pour les curieux qui voudraient : "mieux-connaître-l'univers-un-peu-oublié-des-éditions-ROA-mais-ne-sait-pas-comment-faire", un simple clic sur le bandeau ci-dessous les emmènera, tel le tapis volant d'Aladin, vers le blog qui remédiera au problème.

Repost 0
13 mars 2010 6 13 /03 /mars /2010 10:28





Sur des textes de Stéphanie Richard, sur une idée de Yves Ver Poorten... et avec une préface de Pierre Dubois pour l'édition de chez Au Bord des Continents.

carnet-de-Route.jpg
L'histoire de ce premier livre est au moins aussi intéressante que le livre en lui-même.

En 1993, j'ai seize ans, et je rencontre un type étrange qui vend des sculptures de lutins qu'il réalise lui-même en pièces uniques à la braderie Saint Martin (vide-grenier géant et véritable institution pour les Rennais).

Nous discutons, je lui dis que je dessine, et que j'ai une espèce de book dans lequel je range les dessins que je réalise alors. Comme il semble curieux, je repasse plus tard après être repassé chercher le fameux recueil. Alors fan de Frazetta, Wrightson (période Frankenstein) et découvrant tout juste l'existence de Gustave Doré, mes dessins réalisés au rotring semblent l'interpeler.

Yves Ver Poorten (puisque c'est de lui qu'il s'agit), me parle d'un projet de livre dont l'idée lui est venue tout naturellement à force de se faire appeler "le Chasseur de Lutins" par ses clients. Il faut préciser que le bougre fait un bon mètre quatre vingt quinze, qu'il est vêtu de telle manière qu'on s'attend à voir le flûtiste de Hameln ou un troubadour médiéval, et qu'il arbore une fine barbe blonde qui parachève sa fine silhouette coiffée d'une casquette en velours.

Son idée ? Raconter dans un livre, ses rencontres, ses chasses et les captures des lutins qu'il vend dans des cages de noisetiers, admirablement réalisées elles-aussi.
Il faut les voir, ces Kobolds, Trolls, Elfes et autres Faunes grimaçants et rieurs :
N'importe qui eût été conquis !

alambic.jpg

C'est ainsi que je commençai ma carrière d'illustrateur du mercredi après-midi (je suis en première E.S. aulycée voisin Emile Zola en ce temps là). Je travaille sur les textes que les sculptures inspirent à Stéphanie Richard jusqu'à ce qu'il y en ait assez pour faire un livre.

Nous sommes en décembre 1995. Les dessins sont terminés, et la première édition entièrement faite à la main commence à apparaître dans quelques lieux à Rennes : le Forum du Livre (où un copain qui travaille alors au rayon BD le fait rentrer de force), à la Coop Breizh... et à la petite boutique rue Vasselot où Yves a entre-temps établi ses bagages et Lutins.

djenby.jpg
Et quand je dis "fait à la main", croyez bien que je ne plaisante pas :
Entièrement réalisés en photocopies A4 recto-verso sur un papier recyclé d'aspect grimoire, les tas de pages sont ensuite disposées dans l'ordre de leur apparition, et triées à la main, avant d'y adjoindre la couverture. Là aussi, c'est du fait main, puisqu'on passait la page titre au broux de noix, pour lui donner un aspect encore plus "vieilli". Une fois sec, on collait le tout sur une page A4 cartonnée d'aspect cuir. Idem pour la couv arrière.

Kelti.jpg


A ce stade, on tasse bien le tout, comme un présentateur de JT avec ses notes, afin que rien ne dépasse, puis on relie le tout avec une bande de sotch noir d'aspect tressé très épais. Yves s'occupait de percer les 10 trous qui viendront accueillir la corde qui parachève l'identité au livre.

Jaiwidjhel.jpg


On en fabrique d'abord 50 par 50, puis 100 par 100. (je me rappelle encore ce mercredi après-midi où j'en ai fait 300 !). Un an plus tard, en décembre 1996, 900 "Carnet de Route d'un Chasseur de Lutins" sont écoulés.

 

Une expo à Quai des Bulles 1996, ou je me souviens avoir fait 100 dédicaces (j'ai 19 ans), et une chronique enjouée de Pierre Dubois ("M. Elficologie" himself) sur France 3 Ouest, nous donne des ailes.

Je rencontre alors Patrick Jézequel, jeune fondateur de sa maison d'éditions "Avis de Tempête", et qui est en train de plancher avec Moguérou sur le premier livre  : "Les Korrigans".

Nous n'avons manifestement plus les épaules pour nous occuper nous-mêmes du livre, et Patrick est la personne idéale pour pendre le relais. L'esprit de sa maison, le fait qu'il soit un éditeur en Bretagne et qu'il cède à l'exigence de Yves de garder la fameuse corde nous convainc de lui céder les droits d'utilisation de notre bébé.

Larson.jpg


Près de 15 ans plus tard (et plus de 20 000 exemplaires vendus), le livre existe toujours, et a été cent fois copié.

 

Les livres traitant de Féerie portant pour nom une variante de Carnet de Route (Précis de truc - Carnet de Route de bidule - Grimoire machin - et les mélanges : Carnet de précis du Grimoire de machin-chose) ne se comptent plus !

sirene.jpg


Et si j'ai longtemps eu du mal à regarder ce livre où pulullent plus que dans tout autre, mes tares de dessinateur (profusion de détails souvent mal-gérés, anatomie inexistantes, même pour des êtres imaginaires), il reste un premier travail sincère qui a visiblement touché beaucoup de gens.

Et si j'en parle aujourd'hui, c'est parce que j'ai eu le chance de pouvoir passer à autre chose, et de faire la paix avec lui !

trondheim.jpg

"Trondheim"

Cherchez l'erreur dans le dessin : les gros orteils sont inversés !
pacai.jpg
"Pacaï"

Je me rappelle avoir dessiné celui-ci en une demie-heure, un dimanche midi, le temps de regarder un épisode de "Nos années coup de coeur" !


danses.jpg

"Danses"

Extrait de la préface par Pierre Dubois

"Parfois les herbes s'écartent, les haies se dérobent, les cercles de trèfles foulés s'ouvrent pour laisser passer un promeneur des fées, un rêveur de lutins.Le passage est indicible comme on glisse à travers la traîne des brumes...

Ce carnet de route d'un chasseur de lutins est le journal de bord d'un voyage vers les grands songes retrouvés, c'est une quête sauvage, un itinéraire des chemins détounés...
Ouvrir ces pages de vieux grimoire c'est franchir d'un bond furtif les rives éblouies des lisières légendaires."

                                      Pierre Dubois



bibliotheque.jpg

C'est un peu dur de s'en rendre compte (les scans viennent d'un livre, pas des originaux qui sont chez l'éditeur), mais les reliures des livres contiennent toutes mes influences d'alors (à peu de choses près les mêmes qu'aujourd'hui), plus quelques clins d'oeil à mes potes de lycée (la signature indique "19/7/1995", mois où je passais le bac !).


Repost 0
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 09:45

Après la région Parisienne qui se trouve naturellement  première au classement du nombre de dessinateurs/scénaristes au mètre carré (parce qu'elle draine des gens venus d'un peu partout pour se rapprocher de "là-où-ça-se-passe"), la Bretagne serait la région la mieux pourvue en auteurs de BD et illustrateurs.

  candidatC'est possible. Certains s'amuseront à y voir la conséquence logique d'une certaine magie du pays celtique, bordé de mers et de légendes. Un peu court pour moi. Il n'y a qu'à voir la diversité des genres traités, des gens qui la pratiquent et des structures qui la composent pour chercher ailleurs que dans la fascination pour l'iode et les galettes une raison à cet attrait pour la Bretagne.

    Certes, il y a les Bourgeon, Pellerin, Kraehn, et autres Plessix ou Lepage, stars locales de la profession et dessinateurs prodigieux, mais je souhaite parler ici d'un auteur tout à fait à part : Malo Louarn.

  Né en 1947, Malo Louarn débute auprès de Greg à la fin des années 60 dans le journal Tintin, avant de passer chez le concurrent Spirou (Le Candidat), et de tenter l'aventure en solo avec la fameuse série qu'il laissera alors inachevée sur le monde du football (La Vedette, puis Le Canonnier de Vodkagrad).


Le Candidat version 2007 : A l'inverse de Lucky Luke : Albert Dupont n'a pas cédé aux lois anti-tabac!

la-vedette-couv
"La Vedette" reprend du service en 2010.


canonnier-couv2
Le Canonnier de Vodkagrad - version 2010 !  (éd. P'tit Louis)


Suivra dans les années 80 la série de son personnage de journaliste Rona, auquel Malo Louarn consacrera 5 albums et dont la prépublication dans le journal Ouest-France, ajoutée à sa présence à la télé sur France 3 Bretagne aux côtés de Gégé dans l'émission hebdomadaire "Le dessin du samedi", lui assurera une popularité jamais démentie depuis.

Sa marque de fabrique ? Un dessin à la Franquin, nerveux et expressif sur des dialogues désopilants plaqués sur des trames évoquant Tintin revu par Jean Yanne ! Rien que ça !


Le bon sens qui coule à travers ses planches comme une lampée de cognac dans la gorge d'un notaire de province, lui vient directement des petits moustachus clopeux qu'il fréquente dans le troquet près de chez lui.

couverture

"Le Pays où les Rivières sont des Fleuves" - Tome 1 de Rona cuvée 2008   (éd. P'tit Louis)

rona2

Malo Louarn, c'est la Bretagne frondeuse, celle qui ne s'aligne pas sur les décisions qu'on prend pour elle dans les couloirs lointains de Paris ou Bruxelles. C'est aussi la Bretagne qui refuse de limiter son patrimoine imaginaire à des bigoudens en plastique, des triskels sur Tee-shirt pour touristes ou des merlineries asseptisées pondues façon Pokemon (suivez mon regard).

rona

Toujours, l'amour des décors. Ici, les vieilles pierres ne sont pas un accessoire voyant, mais le cadre naturel d'une aventure rocambolesque.

rona3

rona4


 symphonie.jpg

Depuis 2007, et la reparution saluée du Candidat, Malo Louarn a repris les pinceaux de la série Rona pour notre plus grand plaisir. Ainsi, les éditions P'tit Louis rééditent peu à peu l'ensemble de son oeuvre augmentée de nouveaux albums RONA !

  J'ai l'honneur de participer à la mise en couleur et le nettoyage des planches d'origines pour les albums réédités, moyen idéal de (re)découvrir le trait d'un grand artiste (vous l'aurez compris : je suis fan !).







merule-45.jpg




merule-46.jpg



    
Si vous voulez savoir ce qu'est un breton dans son milieu naturel, jetez vos anciens livres, produits prémachés pour une région Disneyland... et plongez-vous dans le monde attachant de Malo Louarn !




Repost 0
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 11:42



- Projet publicitaire plutôt intéressant, d'une adaptation en bande dessinée d'un  programme court diffusé pendant le Tour de France.

- L'occasion de m'essayer à un autre style : celle de l'école à gros nez, et  du gag en une page.

 

The-Team-VITTEL

 

 

Ce genre autrefois très répandu dans le journal Spirou (Boule & Bill, Gaston, Germain et nous...) fait aujourd'hui le succès des éditions Bamboo (Les Profs, les Rugbymen, les commerciaux, les portables ...)
Mais puisque le projet en est resté là, mon travail s'est arrêté au stade de ce seul visuel.

 

Tant pis !

 




Repost 0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 16:26

16 février : Impression de l'album de bande-dessinée "Tom et William", à l'imprimerie P.P.O.


Joëlle de Dargaud, en train de donner de main de maître les indications couleurs au technicien avant de lancer les rotatives. Un album est en train de naître !





Appréciez maintenant la vitesse à laquelle un cahier de 16 pages est imprimé en recto/verso!



PPO1.jpg

PPO2.jpg

PPO3.jpg

 

PPO4.jpg

PPO5.jpg

Repost 0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 16:08


4 ème (et dernière) fresque : l'erection d'un menhir.
 Reproduite sur une bâche de 280 x 120 cm.
Palette graphique.


croquis-menhir.gif

 1) - Croquis.
But : donner une idée des stratagèmes employés par les hommes pour ériger des monolithes pesant jusqu'à 300 tonnes ! Le tout à base de rampes, de fosses, de "chèvres" (constructions de bois servant à hisser les cordes et augmenter ainsi la force de traction) et d'une bonne dose d'huile de coude.


1.jpg

2) - Ciel, horizon et alignement de menhirs.


2.jpg
3) - Image finalisée.

Entre le croquis et le final, le graveur à gauche a été réduit afin de donner une plus grande échelle à la première pierre. Il a gagné un bel échaffaudage dans l'opération.


Repost 0
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 22:40


3 ème fresque : Elévation d'une sépulture.
 Reproduite sur une bâche de 280 x 120 cm.
Palette graphique.


sepulture-croquis3.gif

 1) - Croquis.

Les étapes sont disposés chronologiquement, de la gauche vers la droite.



sépulture-2

2) - Peinture finale

Repost 0
3 février 2010 3 03 /02 /février /2010 09:42

   

2 ème fresque : l'Artisanat.
 Reproduite sur une bâche de 250 x 74 cm.

Palette graphique. Voici le résultat en 3 étapes.



sedentarisation-1.jpg
 1) - Croquis.
Beaucoup d'éléments à montrer ici. Par souci de clarté, ils seront disposés plan par plan:
1er plan :     Elevage - filage de laine - tissage
2ème plan :  Poterie
3ème plan :  Arbres - silo à grains - charpente - chaume - pose d'enduit.

Les éléments sont disposés dans l'ordre de leur transformation, de la gauche vers la droite. Des classes visiteront cette exposition. Il faut donc imaginer quelqu'un qui leur montre les éléments du dessin dans un ordre simple.



sedentarisation-2.jpg 


   2) - Premières poses de couleur. Après la 1ère fresque aux couleurs estivales (travaux des champs), ce deuxième tableau présentant des activités qu'on imagine pratiquées plutôt hors-saison se tiendra en automne.





sédentarisation-final

   3) - Les détails et personnages apparaissent : Une fois encore, des modifications de la mise en scène arrivent au moment de peindre.

 - Agrandissement et rajeunissement de la fileuse (marque inconsciente des contes de fées : tous les illustrateurs présentent les fileuses en vieilles dames sèches aux cheveux blanc filasse).

 - Ajout des arbres et d'une palissade.

 - Le potier tourne désormais le dos à la tisseuse, comme s'il s'ignoraient : Ils n'appartiennent pas à la même activité, il faut donc les isoler l'un de l'autre.



Repost 0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 19:26


affiche-finale

    - Dans le cadre d'une exposition menée par l'Ecomusée de Montfort (35), j'ai réalisé 4 fresques illustrant chacune un aspect de la vie quotidienne des hommes du Néolithique en pays de Brocéliande.



    - Cette période désigne la sédentarisation de l'homme, qui délaisse alors peu à peu sa vie de chasseur-cueilleur pour celui d'agriculteur-artisan.



    - Le Néolithique en Bretagne couvre une période allant de - 4500 à - 2000 ans avant J.-C. Les premiers villages sont sommairement fortifiés de talus et de palissades, prémices de nos cités.
   En Bretagne, on dresse des mégalithes.



1 ère fresque : l'Agriculture.
 Reproduite sur une bâche de 178 x 74 cm.

Bien qu'entièrement réalisée à la palette graphique, j'ai essayé de donner un rendu qui fasse "peint à la main". Voici le résultat en 4 étapes.


agri-élevage


1) - Croquis



agri-élevage-2

 

2) - Premières poses de couleur. Comme pour un tableau classique, je fonctionne ici de l'arrière vers l'avant : on pose d'abord le ciel, puis l'horizon pour se rapprocher (sommairement) du sol à nos pieds.

 

agri-élevage-4

  3) - Les détails apparaissent : le sous-bois et ses fougêres, l'écorce du chêne et le labour laissé par l'araire tirée par les boeufs raye de sillons ce qui était encore une plaine vierge. 




agri-élevage-8 

 

  4) - Arrivée des personnages, tandis que des modifications de la mise en scène arrivent au moment de peindre : placement plus crédible du bûcheron à côté de l'arbre, et non pas derrière. Le chien nouvellement domestiqué est inspiré de la photo d'un loup de l'Europe de l'est.


 

 

Repost 0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 12:14

Je vous propose de refaire un petit retour en arrière, avec la planche 8 de Tom & William.

C'est la 3ème planche réalisée au moment où je préparais un projet de bande dessinée, et les enjeux de l'intrigue sont posées dans cette séquence.

Il manque encore les tous premiers croquis, étape où les décisions de cadrage et de mise en page ne sont pas encore arrêtées. On peut déjà voir que le texte va néanmoins subir une cure d'amaigrissement entre les étapes 1 et 2.


1 - Crayonné
08

2 - Encrage
8


L'emplacement du texte est importante : en haut sur la première bande (ou strip), en vague dans la deuxième (on rentre dans le récit du petit garçon), et en descendant à la fin (la peur s'installe - dernier strip).



3 - Couleur (Walter)
08

La couleur accompagne la montée de la tension, en passant des tons chauds et rassurants du début de la planche... vers une ambiance froide et angoissante, reflet de ce qui arrive à Tom.

  

 

 

Repost 0

A Propos De L'auteur

  • Lefeuvre
  • Auteur BD/Illustrateur né en 1977, marié et papa de deux enfants.
  • Auteur BD/Illustrateur né en 1977, marié et papa de deux enfants.