Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2010 5 21 /05 /mai /2010 23:07

Spéciale Cannes, spéciale cinéma avec quelques beaux détournements de peintures de Frazetta pour... le cinéma ! (y'en a déjà plus que trois qui suivent).

 

 Allez, hop, on enchaîne, on enchaîne, très très vite (sinon les gens ils décrochent).

 

On commence avec "Warrior with Ball and Chain" (L'homme au Fléau) - couverture du roman "Flash and Swords" pour Dell Books - 1974

Un bel exemple de composition typiquement "frazettienne" :

 

 1 - Des contrastes forts dans les points stratégiques du tableau pour diriger l'oeil du spectateur droit dessus (cornes noires du casque sur fond clair, tablettes abdominales, bouclier et la boule hérissée de pointes).

 

 2  - Des décors aussi sommaires qu'évocateurs (Est-ce une mine ? le guerrier en question est-il une sorte de tortionnaire frappant un esclave, ou un prince noble chargé d'une sombre mission en quelques maléfique domaine? Les deux, mon capitaine ?...)

 

 3  - Une manière fiévreuse de jeter le tout, qui donne cette sensation unique d'avoir pris LE cliché, au millième de seconde, qui fixe le mouvement, suscité de manière magistrale.

 

 

warriorwithballandchain.jpg

 

Frazetta disait : "l'Art, c'est un truc qui doit vous frapper droit entre les yeux". Qu'on soit d'accord ou pas avec cette définition, si c'était là son objectif, dans son domaine propre, il était en ce qui me concerne celui qui a le plus parfaitement réussi. Dans un registre radicalement opposé, j'irai jusqu'à rapprocher le travail d'un Franquin, la vie incroyable qui se dégageait du moindre de ses dessins, de ceux de Frazetta.

 

- Allons plus loin : Peut-on à partir de là, énoncer une loi scientifique sur le génie de la création qui doterais les gens dont le nom de famille commencent par "Fra"? Le docteur Frankenstein qui, penché par dessus mon épaule gauche surveille ma syntaxe à cet instant, me confie que oui. Bon, soit.

 

 - Mais revenons à nos moutons. Le guerrier de l'image ci-dessous (couv de Star-Ciné Vidéo n° 7), ne vous fait-il pas un peu penser au Warrior juste au-dessus, jusque dans les (improbables) tablettes de chocolat ? J'ai bien dit le guerrier... Pas la guerrière : Régis tu m'écoutes ?

 

star-cine-video-7.jpg

 

Toujours a partir du même tableau de Frazetta, on a pondu le visuel ci-dessous. Et non, je ne veux pas savoir qui a triché le premier sur Frazetta, vous avez tort tous les deux :

 

Ator_el_poderoso_1.jpg

 

 Affiche d'un nanar espagnol "Ator el Poderoso" (Ator, le Puissant) et sorti en Espagne en 1982 (comme le Conan de Millius). On peut en voir des extraits en VO sur You-tube (chaudement recommandé)

 

- "Ah ouais, le mec, tu m'étonnes qu'il est puissant : l'original de Frazetta il a qu'une boule et il a pas de gonzesse, alors qu'Ator, lui il en a trois, des boules, et pis il a uneuuu meuf ! En plus il a un énôôôrme glaive !"

  

 - Régis, tu sors.

 

flying-reptiles.jpg

  

 

Reprenons. Voici un deuxième tableau de Frazetta " FLYING REPTILES" - peint en 1972 pour illustrer la couverture de "Pellucidar" de Edgar Rice Burroughs

  -  "Ah ouais, le mec qu'a inventé le Rice Crispies !"

 

- Je t'ai pas déjà dit de sortir, toi ? Tous tes petits camarades savent que ce Burroughs là est le papa de Tarzan.

Maintenant, on compare le tigre à dents de sabre sur le tableau ci-dessus avec celui de l'affiche d'Ator. Et maintenant on rigole bien fort.

 

On continue avec "The Invincible Barbarian" (Gunan il guerriero) - une des fameuses Conanneries (ce qui est bien avec ce mot, c'est qu'il en contient trois autres) produites dans la foulée de Conan. Maintenant, on regarde à nouveau le tigre à dents de sabre, (Je sais , c'est une obsession, chez moi), et on le compare avec...

 

 

invincible-barbarian.jpg

 

... Avec celui de droite dans la peinture ci-dessou, telle que peinte par Frazetta en 1964 "The Cave Girl" (couverture de Savage Pellucidar)

 

cavewoman

 

 

Et que penser du bas de l'affiche de "The Invincible Barbarian", et de ses guerriers maltraités (pourtant pas évident à faire quand on a une nana qui vous tient la jambe)... 

... Si on les compare à ceux qui se faisaient marrave la tête par Conan, dans cette couverture de roman peint par Frazetta en 1971 (Conan the Buccaneer) !

 

conan_the_buccaneer_3.jpg

 

 invincible-barbariandetail.jpg

 

Le bouclier à pointe, devant passe la tête d'un casque pointu, et cet autre type à droite qui tombe en arrière : Pas de doute, c'est bien les mêmes : Faut quand même être un peu con pour emmerder ET Conan... Et GUNAN le Guerrier ! Le titre français les avait pourtant bien prévenus : "le Barbare Invincible" ! Ca veut pourtant bien dire ce que ça veut dire, Invincible !

 

Peut-être certains se demanderaient pourquoi je me donne tant de mal à dénicher ces contrefaçons.

Ma femme, par exemple.

 

Et bien primo : C'est parce que ça m'amuse ! Certains auteurs de comics ou illustrateurs ont envoyé de belles lettres d'amour à Frazetta en le citant respectueusement dans un de leur travail.

 

Deuxièmement, autre cas de figure, je fais ça aussi parce qu'il y a quand même des fois où ça m'agace, selon les cas. Alors en rigolant un peu, aux dépends des plagiaires, on remet gentiment les pendules à l'heure.

 

Et enfin, parce que j'ai souvent essuyé des haussements d'épaules à la mention du nom "Frazetta", comme si les thèmes traités en eux-mêmes, valideraient ou non l'intérêt de sa carrière. Et qu'on le compare souvent à ses suiveurs.

Montrer un type qui recopie une euvre ou des éléments de cette oeuvre, et en comparer le résultat avec le travail de construction de l'original est la meilleure manière que j'ai de trouver de rendre à César...

 

Exemple, avec le tableau "Le Destructeur" pour la couv de "Conan le Boucanier" cité plus haut; voici quelques traces du cheminement qui conduira un croquis à un chef d'oeuvre digne d'une scène de bataille toute droite sortie d'un tableau de Rubens.

 

- Je commence par une case de Prince Valiant, de Hal Foster et de qui Frazetta se réclamera toujours. La case doit dater du début des années 40. Le jeune Frank dévorais alors tout Foster et toutes les illustrations d'Allen St John (sur lequel je reviendrai une autre fois - Si si, ça me fait plaisir !).

 

conan

 

 Une petite trentaine d'années plus tard, premier rough à la gouache de Frazetta pour "The Destroyer".

 

 conan_the_buccaneer.jpg

 

Première version peinte. Si Conan est l'élément le plus modifié de la composition, par rapport au croquis, il n'a pas encore ici une position qui suggèrerait naturellement l'action.

 

conan_the_buccaneer_2.jpg

 

Contrepartie imprimée de cette première version de "The Destroyer".

 

conan_the_buccaneer_2b.jpg

 

 

 Version définitive. Ici on retrouve tous les points évoqués plus ahut pour caractériser, notamment, la patte Frazetta : Contrastes choisis par rapport à la direction du regard que l'on souhaite "intimer" au spectateur, décor sommairement, mais puissamment évoqué, et tourbillon alternant détails fins sur le visage, les corps et de petits éclats de métal volants au milieu d'un ciel, maelström de peinture sauvage !

 

Regardez  à nouveau le Death Dealer : La recette est strictement la même !

 

 

conan the buccaneer 3

 

Celui ci-dessous, "SAGARD The Barbarian", avec son guerrier couché en bas à droite flirte dangereusement avec l'homme au bouclier au même endroit dans le tableau de Frazetta, vous ne trouvez pas ?

 

sagard4.jpg

 

 

 Et voici à présent, comment on vous ressert une recette qu'on n'a pas vraiment inventée, mais qui se laisse quand même manger quand on a faim : Il s'agit ici d'une influence, mpême si elle est prédominante,  et pas d'un plagiat.

 

 savage-conan-148.jpg

 

 Idem ci-dessous ... (Ken Kelly)

 

gods-in-darkness.jpg

 

J'ai aussi trouvé ça (Norem ?)

 

 savage-conan-1.jpg

 

Et des comme ça, il y en a des dizaines !

 

star-wars.jpg

  recueil de comics de Stars - couverture signée Dorman.

steranko  

 

Sur le même modèle de la compo en triangle, avec le héros au sommet, Zaïtchick m'a envoyé ça : Cap America par Steranko (1969) ...

 

wolverine

 

 ...auquel je rajoute le tout premier numéro de Wolverine en solo par Big John Buscema (1987)

 

Finissons cette chronique interminable avec une belle image de notre Druillet national, pour l'affiche du film "YOR, le Chasseur du Futur".

 

yor-druillet.jpg

 

 C'était donc une spéciale Cannes.

 

"Cinémaaaaa... Cinémaaaaaaaa !"

 

 

 

Repost 0
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 22:47

On continue sur la thématique des couvertures des magazines Warren de Frazetta détournées, avec aujourd'hui : " SORCERER", peinte en 1965 et utilisée pour le numéro 2 US de EERIE (n° 3 Français), en illustration d'une histoire "Cape des Ténèbres" dessinée par son vieux collègue des EC Comics Reed Crandall.

 

Mais en préambule, je montre aussi cette couverture de WEIRD TALES parue en 1925, c'est à dire 3 ans avant la naissance  de Frazetta, et qui présente également l'invocation d'un démon au milieu des flammes :

 

1925.jpg

 

Maintenant, voici la vision frazettienne d'une même scène, peinte 40 ans plus tard.

 

 sorcerer.jpg

 

On retrouve le démon écailleux sorti des flammes du tableau ci-dessus... Dans un détail de cette fresque "signée" Esteban Maroto.  

 

maroto-detail.jpg

 

L'ensemble de la fresque n'est d'ailleurs q'un patchwork d'éléments de Frazetta, puisque la femme dont la main pointant de l'index es enroulée d'un serpent est une reprise...

 

sea-witch.jpg

 

... de "SEA WITCH" (La Sorcière des Mers) - détail du tableau peint par Frazetta en 1966 pour la couverture de EERIE 7 (US) et pour le n° 2 de l'édition française, en illustration d'une histoire de Archie Goodwin et dessinée par Gene Colan.

 

Mais Maroto n'est pas le seul a avoir semble-t-il été inspiré, au vu de cette pochette de disque :Arik-Roper.jpg

 

Quand Maroto reprend des positions de personnages en l'état et provenant de divers tableaux, les emprunts deviennent indiscutables. C'est moins évident, et improuvable (oui oui, c'est Français : j'ai vérifié !) dans le cas de la pochette de "HIGH ON FIRE", puisque la pose initiale n'est pas la même, il convient donc plutôt de parler ici de probable inspiration. Mais revenons un instant sur la fresque de Maroto( Avec lui, quand même, c'est plus rigolo!), et attardons-nous un instant sur le petit démon rampant... frère jumeau de celui qui s'approche du grimoire, et extrait du même tableau de Frazetta. Ici, Maroto s'est foulé un peu et a changé la position du bras droit.  

maroto-detail2.jpg   sorcerer-detail.jpg

 

Et comme c'est pratique : Du coup, sur la même thématique de démons surgis des flammes, il réutilisera quasiment le même modèle en bas à droite quelques années plus tard, pour "imaginer" cette couverture de Brendon.

 

maroto-brendon

 

Notez au passage le monstre de 3/4 dos musclé an bas à gauche de Brendon : Il ne vous rappelle rien ? Allez ! Je vous aide un peu : c'était dans la dernière chronique où Maroto était déjà le héros malgré lui :

 

creepy-dracula

 

   - Trop fort, Esteban !

 

Pour finir, on quitte un peu les huiles de Frazetta, pour redire qu'il était aussi, et peut-être même surtout, un dessinateur à l'encre absolument hors-pair.

D'abord, regardons cette case réalisée dans les années 50, et extraite du seul comics qu'il réalisera entièrement seul : Thun'Da (épisode 4 - planche 7) - paru en France dans "Frank Frazetta - Thun'da - Amour Indomptable"  (Xanadu) ...

 

thun-da.jpg

... Et dont on trouvera en 1989 une nouvelle mouture du tigre à dents de sabre, transformé en zombie sous le pinceau inspiré de Kelley Jones p. 45 du Graphic Novel "Lost Souls" avec DEADMAN en vedette. 

 

deadman.jpg

 

- Peut-être l'idée du félin aux vertèbres saillantes lui est-elle venue à la vue de cet autre visuel signé Frazetta :

 

19_camethedawn_07_01_fritz.jpg

 

Ci-dessous, une autre image de félin au yeux luisants de menace, tête basse et menaçan vue par Kelley Jones pour "Lost Souls"...

 

deadman2.jpg

 

... Et la splendide Splash-page de ce qui est désormais officiellement la dernière bande dessinée de Frazetta et parue dans CREEPY : WEREWOLF !

 

gonteekwa.jpg

 

Nous reviendrons une autre fois sur cette histoire de "WEREWOLF" dont les nombreux emprunts justifieront une chronique à elle seule, et terminons sur le cas Kelley Jones, pour "Lost Souls" qu'on aurait pu intituler "Lost Inspiration" (je sais, c'est facile, mais que voulez-vous : ça m'amuse !), au vu du nombre d'emprunts, d'ailleurs plutôt de bon goût qu'on pourra y relever. La couverture de l'édition US parue en 1995, par exemple. Ne vous rappelle-t-elle pas un célèbre tableau peint longtemps avant...

 

 

deadman-cover.jpg

 

"Le Cri" de Munch ? Ici, la réappropriation du célèbre tableau, auquel Jones a ajouté ce jeu d'éclairage wrightsonien, est à mon avis, non seulement justifiée, mais témoigne d'une intention réelle de sa part :

Le résultat est saisissant !

 

munch_TheScream.jpg

 

 Autre référence classique de Kelley Jones : Gustav Klimt, puisque le DEADMAN "repentant" qu'il nous présente ici est l'exacte reproduction d'un détail d'une fresque du peintre Autrichien et dont présenterai l'original... dès qu'on m'aura rendu mon livre sur ses oeuvres pour scan !

 

- En attendant, si quelqu'un peut me donner le nom du tableau dont il est question, il aura gagné toute ma sympathie (Pour Zaïtchick, c'est pas la peine : Tu l'as déjà !

 

Rajout du 20 mai 2010 : c'est quand même le grand Zaïtchick qui, à nouveau, a trouvé la réponse à ma colle, puisqu'il s'agit de "La Jurisprudence" de Klimt (1903) !

Il n'existe que des photos en noir et blanc de cette fresque, puisque le tableau disparut dans un incendie en 1945. C'était un  panneau décoratif pour l'Aula Magna de l'université de Vienne.

 

                      Bravo et Big up (comme disent les jeunes)!

 

deadman-inside  Jurisprudence_detail-Klimt.jpg 

 

Allez, un dernier pour la route : Cette forêt de boulot posée sans perspective apparente sur un matelas de feuilles mortes m'évoque ...

 

klimt_beech.gif 

... Cette case de "Lost Souls", scannée ici à partir de la version française " L'Amour Après la Mort", parue en 2 parties dans la petite collection dirigée alors par Fershid Bharucha "Comics USA super héros" en 1990.

 

klimt2 

 

Aucun dessinateur, à fortiori quand il oeuvre dans une industrie telle que l'illustration ou la BD, avec ses codes, ses règles du genre, ne se fait tout seul : Nous avons tous été influencés par des prédécesseurs, et c'est très bien comme ça. Après, la richesse et la personnalité de notre travail découle de la diversité de ces influences, de notre capacité à savoir quand, et comment en invoquer l'une ou l'autre, à les marier, à les digérer, pour finalement en sortir quelque chose d'original, de nouveau, et qui nous est propre.

 

Je me souviens avoir lu un papier de Philippe Raphaël dans le défunt fanzine HEROES, consacré à cette histoire de DEADMAN, et où il disait regretter le manque d'homogénéité des visages, conséquence directe, à mon avis de l'utilisation de photos, ou d'autres dessins par le jeune dessinateur qu'était alors Kelley Jones.

 

Je suis pour ma part plutôt fier quand on me dit de mon travail, qu'il fait "un peu penser" à tel ou tel auteur, surtout quand il compte. Par contre, je serais quand même un peu embêté si un seul et même nom revenait toujours, quel qu'il soit.

 

Dans le cas de Kelley Jones, passer de la peinture "Art Nouveau", aux comics, avec d'évidentes références au cinéma de Tod Browning "FREAKS", pour réinventer le personnage de Neal Adams est à mes yeux un véritable travail d'auteur et qui lui vaut bien plus de considération de ma part que beaucoup d'artistes de galeries dont le Leitmotiv justifiant la repompe légitimée de tout ce qui peut tomber dans le panier "POP CULTURE" est la "réappropriation".

                           - Voilà c'est dit !

 

     A bientôt les amis, pour de nouvelles aventures de ... "Frazetta contre les clones" !

 

 

 

Repost 0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 15:02

 On continue le décryptage des images de Frazetta détournées, avec la longue liste des couvertures de chez Warren. On commence avec "SEA MONSTER", telle quelle parut dans EERIE n. 3 (US)...

 

  seamonster

 

... Avant d'être repeinte par Frazetta quelques années plus tard (il le fera pour de nombreuses peintures dont il estimait ne plus être satisfait au fil des années)...

 

sea-monster

 

 

On retrouve une filiation étonnante dans l'image d'un jeune illustrateur/graphiste australien, pourtant suffisamment doué pour ne pas avoir à pomper. C'est du côté du plongeur qu'il faut regarder :

 

ashley-wood-homage 

 

J'ai quand même regardé sur son blog pour tenter, à l'occasion de la disparition du maître, de trouver quelque hommage ou référence explicitée, mais n'y trouverai qu'un "R.I.P. Frazetta", sans autre explication. Dommage.

 

Passons maintenant de l'Australie à l'Espagne avec l'affiche de ce film de 1980 :

        "Mas Alla del Terror" (en France : Terror From Beyond").

 

Mas alla del terror

 

En fait, la véritable terreur dont il est question ici est bien celle ressentie par la sorcière centrale, qui risque de se faire coffrer pour "Faux et usage de Faux" puisque qu'elle s'est belle et bien échappée du tableau signé Frazetta ci-dessous...

 

womanwithscythe.jpg

 

"WOMAN WITH SCYTHE" (La femme à la faux !) - couverture du VAMPIRELLA (US) n. 11.

 

 

- On reste en Espagne, avec un détournement dû cette fois à Esteban Maroto, celui sur qui on pouvait déjà lire en 1979 dans " l'Encyclopédie des Bandes Dessinées" (Albin Michel) :

 

"(...) Au début de sa carrière et même parfois encore aujourd'hui, on peut jouer à retrouver dans ses planches les dessins empruntés à d'autres artistes (Carmine Infantino, Jeff Jones...) une habitude prise lorsqu'il devait produire à la chaîne des séries populaires pour les illustrés espagnols et français."

 

Il devait avoir souvent des images de Frazetta sur sa table à dessin, quand il était à la bourre, le père Maroto : On commence par l'original de Frazetta en 1966 "BEYOND THE GRAVE", couverture de CREEPY (US) n. 10, et qui sera réutilisée par Maroto quelques années plus tard pour composer la couverture de...

 

creepy-frankn.jpg

 

maroto-Frankn.jpg

 

Notez que l'oeuvre (signée !) de Maroto comporte un deuxième emprunt à Frazetta sous la forme...

du pan de mur et des carreaux de l'église en ruines à l'arrière-plan du "Dracula Meets the Wolfman"

 

creepy-dracula

 

- Nous aurons l'occasion de revenir sur le cas Esteban "plagier, c'est ma marotte" Maroto, mais je vais revenir brièvement au tableau de Frazetta "BEYOND THE GRAVE", pour boucler la boucle :

 

 

Considérez d'abord cette couverture du pocket ELVIFRANCE (Série Bleue n. 61): 

 

serie-bleue-61.jpg 

 

Considérez à présent l'arbre-mort et sa branche unique partant en deux doigts crochus, et le rayon de lumière qui traverse en un coeur son tronc creusé...

Mettons-le à présent en miroir avec une légère inclinaison ...

 

serie-bleue-61-copie.JPG

 

... Et on obtient l'arbre du même "BEYOND THE GRAVE" !

creepy-frankn-detail.jpg

 

- C'est tout pour aujourd'hui. A bientôt pour de nouvelles aventures de...

            " Frazetta Contre les Clones !"

Repost 0
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 09:48

En guise d'apéritif, on commence aujourd'hui cette chronique dédiée aux pompes, hommages et clins d'oeil autour du travail de Frazetta avec "WOLF MOON".

 

Frazetta a réalisé cette peinture en 1965 pour illustrer la couverture du roman Phoenix Prime de Ted White paru l'année suivante chez Lancer Books...

 

wolf-moon.jpg

 

... Et dont Vestron, mythique diffuseur de nanars en VHS, recyclera les loups pour la jaquette de "La Nuit du Crime" avec Peter "Robocop" Weller :

 

nuit-du-crime.jpg

 

 

On continue sur la thématique entamée dans ma dernière chronique : Frazetta et les pompes des travaux qu'il a réalisé dans les années 60 pour illustrer les couvertures des magazines noir et blanc d'horreur de chez Warren (CREEPY, EERIE...). Et puisqu'il ne suffit pas de montrer qu'il a été copié pour lui rendre hommage, et tenter d'exprimer en quoi Frazetta joue dans une autre cour, je vais commencer par parler un peu du tableau lui-même avant de comparer avec ses avatars.

  

Je me lance avec un de mes préférés : NIGHTSTALKER :

 

A la fois effrayante et mélancolique, la composition simple de la tête du monstre (menace pour le village en contrebas, ou jeune homme enfermé dans le corps d'un monstre et qui regarde avec tristesse les restes d'une vie passée ?) se dégage sur le cercle incomplet d'une lune, partiellement cachée par une crête montagneuse.

 Pas d'échappatoire pour ces villageois, sans doute cachés derrière les petites fenêtres faiblement éclairées. Les crânes aux pieds du monstre peuvent orienter les opinions. Et pourtant : Observez à nouveau cette posture attentiste, n'est-elle pas celle d'un amoureux transi qui regarde danser sa belle dans les bras d'un plus beau que lui ? Ce visage mystérieusement détourné de nos yeux (s'il s'agit bien d'un visage, et non d'un faciès bestial), ne cacherait-il pas des larmes ? En l'absence de tout indice sur l'époque où se tient la scène, les toits pointus me renvoient vers un village médiéval suisse ou allemand tel que phantasmé par un peintre élevé à Brooklyn dans les années 30.

Le titre aux lettres glaçantes "CREEPY" s'y intégrera parfaitement en vert fluo, produisant son petit effet, et faisant du numéro 19 de ce magazine, un véritable produit pop de son époque.

On est ici bien au-dessus de l'image de monstres basique, réalisée à grand renforts d'effets de cris et de bruits destinée à appâter les kids, et le gosse de 16 ans qui découvrit "NIGHTSTALKER" dans un paquet de Trading-cards de Frazetta a été hypnotisé immédiatement. Je le suis toujours !

 

nightstalker.jpg

 

Voici maintenant en miroir, l'image inversée du NIGHSTALKER, détournée pour la couverture d'un livre sur le cinéma d'horreur, et trouvée je ne sais plus trop où. Envolé, le mystère subtil qui recouvre l'original, pour laisser place à une tête dévoilée, et qui ne peut donc que décevoir. Le visage même de la jeune fille n'exprime rien (est-ce la taille de la "chose" du monstre, lui-même réduit aux proportions d'un enfant grotesque et bossu, qui la laisse aussi dubitative et donne son titre au bouquin?)

 

horreuretepouvante-miroir.jpg   horreuretepouvante.jpg

  

 

Et que penser de la couverture du pocket érotique "JACULA" n° 45, par Elvifrance (ceux-là, vous les retrouverez souvent ici, car ils ont fait un tel travail de siphonnage industriel, qu'on pourrait les envoyer en Louisiane pomper le pétrole BP).

Le type qui a fait ça s'est dit qu'il suffisait sans dout d'ajouter un deuxième monstre pour qu'on ne fasse pas le lien avec l'original. Et puisque le lecteur doit quand-même être un peu con-con... il ne va pas suggérer les montagnes. On va carrément les peindre, et les mettre en plein jour. Et puis comme il a enlevé le village au passage (trop de boulot ?), il ne reste plus au final que deux mongoloïdes qui pissent dans la neige en regardant la lune.

 

 

jacula-45.jpg

 

 

 

 

Repost 0
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 21:19

Ah, ben ça, je vous avais prévenu : j'ai des dossiers complets, et vous n'en avez pas fini d'en bouffer, du détournement d'images de Frazetta. Aujourd'hui, je vais mettre un peu de pompes issues de travaux faits dans les années 60 pour les magazines de bandes dessinées en noir et blanc publiés par James Warren : CREEPY, EERIE et VAMPIRELLA.

 

Et on commence par cette peinture : "The WOLFMAN" de Frazetta...

 

creepy-wolfman.jpg

 

 ... Que je mets à l'envers dans sa version maquettée (observez bien le loup-garou, c'est là que ça se passe) ...

 

creepy-wolfman-2.jpg

 

... Et vous obtenez ceci scanné dans un MAD MOVIES des années 90 : "Cyber Wolf VS. The Living Dead"

 

cyberwolf.jpg

 

 

 

On continue un peu sur le thème CREEPY/ Loup-Garou avec la superbe peinture de Frazetta

en couv du CREEPY (édition française n° 19 - édition US n° 7), et faite en 1966 pour illustrer une histoire de Reed Crandall, il me semble : " Dracula Meets the Wolfman" . Le croquis sur lequel Frazetta s'est appuyé pour concevoir son image est dûe au trop méconnu Roy Krenkel :

 

drac-wolfman.jpg

 Voici ce que Frazetta en a fait...

 

creepy-dracula.jpg

 

 ... Et voici le numéro 27 de JACULA des mythiques éditions érotico-horreur ELVIFRANCE :

 

jacula27 

 

 ... Suivi d'une planche parue dans le Comic Pocket L'Insolite n° 9 (Arédit - 1978) . Il y a effectivement quelque chose d'insolite dans la case 4 , Jugez vous-mêmes :

 

l-insolite9.jpg

 

 Allez : passons à du plus fin, à présent : Jetez un coup d'oeil à l'arrière-plan de cette affiche réalisée spécialement pour l'édition VHS de ce film avec Peter Cushing, et qui n'a en réalité bien entendu rien à voir avec le visuel ci-dessous (sinon ce ne serait pas drôle !). Les ruines de vitrail sont les mêmes que celles sur la peinture de Frazetta, et déjà présentes en l'état sur le croquis de Krenkel. Pas forcément convaincus ? Alors regardez à présent les 2 femmes nues à droite de "Dracula", et comparez-les...

 

dracula-maudit 

 

Avec ces deux danseuses, détail mis en miroir et extrait du tableau en dessous...

 

Las-Vegasdetail.jpg

 

Las Vegas (Frazetta - 1989)

 

Las-Vegas.jpg

 

 

Mais ceci n'est pas très étonnant de la part de l'illustrateur de DRACULA Le Maudit (je la remets ici, parce qu'elle commence à être loin en haut !), quand on sait qu'il a emprunté son personnage central ... 

 

dracula-maudit

 

... A celui de ce personnage à tête d'insecte qui défiait le lecteur sur la couverture du CREEPY 115 ci-dessous. Quant à la femme que Dracula, décidément vraiment maudit, tient dans ses bras, elle vient tout droit ...

creepy-115.jpg

 

 

... De cette couv de VAMPIRELLA n° 12 (n° 5 - édition française).

 

vampirella-12-copie-1.jpg

 

A bientôt pour de nouvelles aventures de... "Frazetta contre les Clones !"

 

 

 

Repost 0
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 18:03

Puisque Maëster m'a gentiment donné la permission ce matin même d'utiliser sa reprise du DEATH DEALER de Frazetta, pour une chronique spéciale de ce tableau culte, je le fais dans la foulée.

 

 

 

deathdealer-vrai.jpg

 

 

 

Alors ça, c'est l'original. Commençons par les hommages : clins d'oeil respectueux d'artistes qui citent leur source, et la détournent pour se l'approprier. D'abord Maëster qui ajoute son humour pour en faire une oeuvre  qui lui est propre.

 

 - Allez voir son blog, et dialoguez avec lui (pas trop quand-même : il faut le laisser le bosser un peu) ! 

 

Les 2 images suivantes sont strictement sa propriété, alors riez autant que vous voulez, ça c'est gratuit, mais respect pour le droit d'auteur (sinon death-dit-l'heure vient chez toi, dans ta chambre, dans ta face et un peu derrière les gencives aussi) !

 

 

maester3.JPG  

 

- On passe à son collègue de FLUIDE GLACIAL : COYOTE et son clin d'oeil au DEATH DEALER (merci à lui pour m'avoir autorisé à le publier ici !).

 

coyote

 

 

Autour de Lee Weeks et la couverture de HULK faite pendant son run sur la série. C'est un excellent dessinateur de l'école Kubert, Mazzuchelli, et que j'ai découvert aux pinceaux de la série Daredevil il y a une vingtaine d'années.

 

 

 

weeks-vol2-81-black

  

Croquis...

  

weeks-vol2-81-2

 

... Image en couleur...

  

weeks-vol2-81

  

... Et couv telle que publiée. La marque des grands ? Ils citent leur source au lieu de se planquer comme des gamins pris la paluche dans le pot de cookies en faisant comme s'ils étaient innocent.

Sous sa signature, on peut lire "Apologies to Frazetta". Classe.

 

 

On passe à Arthur Suydam, dessinateur surdoué né en 1953 et qui a donné sa très officielle version du Death Dealer dans une bande dessinée, comme le montrent les dessins ci-dessous :

 

Death-Dealer.jpg

 

8.jpg

3.jpg

4.jpg

 

  Il livrera aussi sur le couverture du n° 8 de SAVAGE TALES ci-dessous, un clin d'oeil coquin au Death DEALER, quand la mort se cache parfois sous des apparences séduisantes :

 

deathdealersuydam.jpg

 

Merci à Zaïtchick, l'Oeil de Zoltek des comics, puisqu'il m'a déniché cette pompe du DD (oui, j'en ai un peu marre de taper Death Dealer en entier tout le temps).

Il s'agit de Hulk encore, mais pas du même dessinateur, pas du tout. Ami lecteur, cherche le Death Dealer habilement caché dans la scène centrale.

 

hulk-01.jpg

  

Allez, on passe au "moins classe" : la reprise : " Je fais mine que non... mais en fait c'est bien le fameux tableau qui m'a sauvé du manque d'inspiration."

 

 

 

raoh-cheval  raoh-ken

 

RAOH : Raoul en Français ! Dans la série animée japonaise inspirée d'un manga ultra violent "Ken le Survivant" qui a bien excité tous les gamins de ma génération, ce méchant est une citation jusque dans la bouclier du personnage de Frazetta.

 

Le héros" mono-épaulette"taillant seul les route, les gentils rescapés craintifs  et les vilains punks à crête rouge qui émaillaient  cette série étaient directement sortis de Mad Max II. Si ces guerriers de la route là jouaient au Monopoly sans jamais passer par la case "droits d'auteur", ils passaient en revanche  faire le plein à la pompe  plus souvent qu'à leur tour.

 

 

 

Passons maintenant à l'un de mes auteurs préférés : Pardon M.Bourgeon, cela n'énlève rien à votre infini talent, et cette couverture remonte à bien loin aujourd'hui... Mais dans des cas comme ça, il ne suffit pas de tourner le cheval dans l'autre sens pour qu'on marche dans le coup, désolé !

 

yglinga.jpg

  

 

bourgeon.jpg

 

 Les cas suivants sont moins évidents, puisqu'extraits de leur propre contexte, la ressemblance ou l'évocation sera moins voyante...  Cette couverture pour une édition espagnole de la BD américaine Conan de Stefano Fabian. Ici, on est plus dans l'influence que dans la pompe littérale.

 

 

StephenFabian01   

 

 J'ai trouvé aussi ceci. Peut-être du Frank Kelly Freas. Pas sûr...Ici, c'est la réutilisation de codes inventés par Frazetta qui provoquent cette impresion familière. A ce stade, la seule subjectivité est juge. Pour ma part, les silhouettes de vautours dans le ciel embrasé du champs de bataille, ces contrastes de volume clair-obscur sur le cavalier et sa monture sont la marque de l'héritage transmis à l'illustration fantasy par Frazetta.

silvery 

 

 

 Et ceci : "Horses of the North":

  

revengeofthehorseclans3

 

  On ne sait pas si les chevaux viennent vraiment du nord... mais celui représenté sur la couv a tout de la monture du DEATH DEALER... et sa posture rappelle celle de la monture du KUBLA-KAHN telle que dessinée par Frazetta (ci-dessous). 

 

kublah-kahn.jpg

 

Sur cette toile de Frank Kelly Freas, qui a travaillé dans l'atelier de Frazetta quand il était tout jeunôt, le personnage central emprunte son casque, avec les cornes en l'air (ça doit vouloir dire qu'il est content)... et sa panthère à gauche au tigre à dents de sabre du tableau de Frazetta "Cave Woman": Même si les positions sont inversées, les oreilles ne trompent pas.

 

dante's inferno

 

 "Cave Woman" (Frazetta)

cavewoman

 

 

... Et je reconvoque une nouvelle fois l'illustrateur anonyme de DAR l'Invincible à la barre des accusés, qui a pensé exactement pareil au moment de poser sa panthère noire ! (Qu'il ne s'éloigne pas trop celui-là : je referai souvent appel à lui).

 

Dar l invincible 

 

Bon, ben voilà pour le DEATH DEALER. Un grand merci à  Maëster pour son aimable coopération.

 

Rajout d'octobre 2010 : Les éditions Milady viennent de publier un roman de George R. R. Martin : "Le Chevalier Errant", dont voici la couverture :

 

le-chevalier-errant.jpg

 

Un petit rappel de l'original ?

 

deathdealer-vrai.jpg

 

Rajout de février 2011 :

 

Un bel hommage au Death Dealer m'a été signalé par le dessinateur Fred Salsedo (Ratafia, et l'excellent Nous Ne Serons Jamais des Héros - Lombard).

Cet hommage très réussi est l'oeuvre de son pote B-gnet que l'on peut retrouver chaque mois dans les pages du Psikopat :

 

death-bgnet.jpg

- Quelques infos en plus sur B-gnet : Il est l'auteur de Rayures, et plus récemment du foutraque "Old Skull", une sorte de fils du Yéti de Tintin, qu'il aurait fait à Goossens en regardant "Dead-Man" le western antalgique de Jarmush.

Je vous recommande donc de feuilleter Old Skull, aux planches 15 et 16.

- Et si vous ne riez pas, vous n'êtes plus mon ami.

 Toutes ces bonnes choses sont chez 6 pieds sous terre.

 

  Il y a aussi un type qui a répertorié un énorme paquet d'hommages au Death Dealer. C'est ici !

 

 

A bientôt.

Repost 0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 23:12

 

Merci à Zaïtchick, pour son envoi de Flesh Gordon :

En ce triste jour où je me sens comme un fan de Michael Jackson qui n'aurait pas de copains à rejoindre sur le parvis de Notre-Dame, il m'accompagne avec sa contribution à la pompe du tableau de Frazetta suivant : Thuvia, Maid of Mars, pour un roman Space Opéra de E.R. Burroughs :

 

princess-of-mars 

 

  ... Suivie de cette image médiocre (pardon pour la qualité, mais c'est tout ce que j'ai pu trouver) du "Le Maître du Monde" : C'est au niveau du corps de la femme, et de la jambe/genou/cuisse/ventre du gars que ça se passe. Et si vous doutez encore, alors dites-moi à quoi sert une lanière de cuir attachée à la cuisse d'un type qui en est niveau technologie militaire au stade du tibia de mammouth, quand elle est plus justifiée sur l'original ?

 

A droite de cette dernière, une couv de Frazetta réalisée dans les années 50 pour un comics : "STRAIGHT ARROW".  Là, c'est au niveau de l'ours et ses petites papattes que ça se passe. Je vous laisse juge.

 

 maitre-du-monde.jpg  ours.jpg

On continue dans la joie, avec l'envoi de Zaïtchick ci-dessous : La parodie porno-cuculte de Flash Gordon : Flesh Gordon (notez la tension dans le slip - Dans ce film, les lunes visibles ne sont pas les seules piquées sur l'arrière-plan du tableau de Frazetta).

 

flesh-gordon.jpg 

 

Passons maintenant au clin d'oeil respectueux du grand Alan Davis pour un épisode d'Excalibur (En France - couv de TITANS 143 (déc. 1990) :

 

alan-davis-16

 

 

... avant de terminer par DAR l'Invincible (j'ai l'air de rire ?) avec Marc Singer (Mike Donovan, le héros de V) dans le rôle de l'homme en slip. J'ai scanné ça il y a quelques temps dans un vieux MAD MOVIES, et je n'ai pas trouvé de meilleure qualité. Ils auraient quand même pu garder le titre original "The Beastmaster", les gars qui ont distribué ça en France.

 

Dar l invincible

 

Pour compléter son affiche, l'illustrateur a samplé des éléments qui, s'ils ne sont pas des copies pures de Frazetta, s'en inspirent quand même pas mal : J'en veux pour preuve la panthère noire à gauche, qui me rappelle un peu...

 

cavewoman.jpg

 

 

... le tigre à dents de sabre (ici à droite), tandis que la femme accroupie à côté de DAR me rappelle celle ci-dessous :  "Tygra", film d'animation réalisé par un pompeur notoire : Ralph Bakshi, puisqu'il pillera Vaughn Tolkien + Bodé et son culte Cobalt 60 pour le dessin animé "Wizards". Mais ceci est une autre histoire...

 

tygra-.jpg 

 

 

Repost 0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 17:58

 

Depuis 2 minutes, je suis orphelin de mon papa artistique, et j'en suis très triste.
La première fois que j'ai lu le nom de Frazetta, c'est dans un article du défunt canard ciné Starfix consacré à Russ Meyer. Il me semble qu'il était signé Dan Brady, et il se réjouissait d'apprendre en découvrant les films Vixens, Méga Vixens et autres, que des femmes aux poitrines gonflées pour l'aventure existaient "ailleurs que dans les peintures de Frazetta".
La deuxième fois que j'ai entendu parler de celui dont la signature même inflluencera longtemps ma propre manière de dessiner le "F" de Lefeuvre, c'est en troisième, à 14 piges, quand M. Fedrigo, prof d'Arts Plastiques de mon collège m'a vanté "le dynamisme et la puissance inégalée du Michel-Ange pompier américain nourri aux Famous Funnies et au western." Moi qui ne jurait à l'époque que par le Spider-man de Mac Farlane, vous pensez si j'ai eu un choc !
C'était en 1992, et depuis, je n'ai jamais cessé de l'aimer passionément, tout en tentant de résister à la fascination d'être un des petits soldats insipides de l'armée des clones, forcément et infiniment 1000 fois moins bon que l'original .


Comme disait Frazetta : "Don't be a second rate Frazetta, Be a first rate YOU !"

 
Comme je ne vais pas lui rendre hommage par un dessin... pas tout de suite, en tout cas, je crois que je vais commencer à remplir cette chronique que je comptais faire depuis bien longtemps : Répertorier, et comparer par l'image, toutes les pompes, clins d'oeil, détournements, hommages et influences frazettiennes que j'ai pu glâner au fil des années.  Y'a de quoi faire : entre les affiches ciné de sous-conaneries ritals, aux couv de petit format Elvifrance en passant par les jaquettes de VHS repeintes à la va-vite pour le marché Français.

 

Je commence par cette couverture de Blazing Combat par Frazetta ...

 

  blazing-combat

 

... puis telle que publiée dans un magazine d'histoires de guerre par James Warren (Creepy, Eerie, Vampirella)...

 

blazing-combat.gif

 

Vous ajoutez à l'arrière-plan les pattes de l'araignée ci-dessous (Frazetta - Spiderman)...

 

spiderman.jpg

 

... Et vous obtenez la chose suivante

 

 blazing-copie2

 

Publié en France aux éditions ERKO.

 

blazing-copie.jpg

 

 

 

 

 

Repost 0

A Propos De L'auteur

  • Lefeuvre
  • Auteur BD/Illustrateur né en 1977, marié et papa de deux enfants.
  • Auteur BD/Illustrateur né en 1977, marié et papa de deux enfants.