Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 08:39

Je continue aujourd'hui à dévoiler les illustrations réalisées pour "Contes Léonard", à paraître mi-avril dans le quart-ouest de la france aux éditions Coop Breizh.

 

7 nouvelles images.

7 autres paraîtront bientôt, avec la couverture finale réalisée hier.

 

 

 

"La Fontaine qui Punit".

Première illustration réalisée, déjà postée ici il y a quelques temps avec les différents croquis qui ont présidé au choix final. Je la remet ici.

 

Fontaine-qui-Punit

 

 

 

"Goulven"

L'histoire d'un ermite venu d'Irlande, un sage qui vivait loin des hommes (et des femmes dont le pouvoir de séduction l'effrayait) tout en leur dispensant miracles et conseils.

Je lui ai donné la posture d'un gorille, image de la force calme, et de la sagesse.

Goulven

 

 

"L'Homme-Nourrice".

 

Les forces divines qui opèrent dans l'imaginaire Breton ressemblent beaucoup à une transcription des forces païennes (sirènes, lutins, démons, spectres) qui précédaient la religion chrétienne.

  

Pour imposer le christianisme, l'Eglise a greffé et mélangé les évangiles et les dates de fêtes religieuses sur celles des anciennes croyances. D'ailleurs, certaines églises présentent encore des sirènes sculptées dans leurs colonnes, et des statues lugubres de l'Ankou, figure de la Mort, dans leurs arches. C'est une des raisons pour lesquelles ces peurs très anciennes propres à la Bretagne, ces panthéons fantastiques ont aussi bien résisté dans la péninsule Armoricaine. Mais il serait sans doute un peu présumé d' affirmer que la religion matrimoniale (tournée sur la Nature) a été supplantée par une religion patriarcale, avec l'Homme en son centre, et la femme reléguée au rang de sorcière (nouveau statut des anciennes fées), ou de Sainte.

Homme-nourrice

  

Dans "L'Homme-Nourrice", on ressent en effet comme une ode à la femme libre et généreuse : Celle que l'on appellera Sainte Honorine n'est encore que la fille d'un roi partie vivre en forêt où elle vit très simplement. Honorine ira jusqu'à se trancher un sein pour sauver son père, alors que celui-ci l'avait rejetée. Elle est une figure marginale à qui le petit macho de héros devra très humblement faire amende honorable.

Lui est un jeune homme qui ne rate pas une occasion de moquer et peloter les jeunes filles venues boire la première eau de la fontaine Sainte Honorine, patronne des nourrices... avant de se retrouver lui-même affublé d'une paire de seins conséquente !

Seul un repentir sincère à Sainte Honorine lui rendra à la fin son apparence virile. Mais il devra avant cela renoncer à ses anciennes certitudes, changer d'attitude, évoluer et écouter avant d'être soulagé de ses seins encombrants. Une part de féminité assumée pour gagner sa liberté ! Pas mal, pour une "bondieuserie", non ?

 

Dans beaucoup de contes Bretons, les héros sont de fieffés coquins, peu respectueux des choses de l'Eglise et d'autrui. Et souvent, la conclusion de ces contes montrent comment les forces divines vont le remettre dans le droit chemin. A la fin, la mort est souvent présente, mais dans la justice de Dieu ! Ceci illustre combien l'imaginaire Breton est loin de celui, par exemple de celui des " Milles et Une Nuits", où des mendiants finissent couverts d'or et de femmes dans des palais chatoyants. Les contes en disent long sur les fonctionnements profonds d'un pays, d'une région et de ses habitants.

 

- Quand je vous dis que l'on devrait se pencher un peu plus sur les contes originels !

 

 

 

 

"Jehan Marhec".

Sorte de brute meurtrière et fourbe. Un jeune homme qui fait corps avec son cheval Mourmouz. Il porte en lui une haine inextinguible venue d'une injustice faite à ses aïeux. Et même s'il ne sait rien de cette histoire, il cherchera querelle au descendant direct de ces faits. On sous-entend ici que la soif de justice (plus exactement de vengeance) court dans le sang !

Jehan-Marhec

 

 

"Kannerez Noz".

Ca veut dire "Lavandières de Nuit". Mes fantômes bretons préférés !

Il s'agit de femmes maudites qui soient lavaient leur linge après l'Angélus (un péché), soit ont perdu un enfant avant que celui-ci ait été baptisé. On entend à la nuit près des "Doués" (point d'eau), le sinistre claquement de leur battoir qui frappe leur linceul qu'elles sont condamnées à laver la nuit. Qu'un malheureux promeneur accepte de les aider à tordre leur linge pour l'essorer, et il se verra entraîner dans une mortelle torsion qui lui brisera tous les membres, à moins qu'il veille à tordre dans le même sens qu'elles !

C'est la rencontre que fera Wilherm Postick dans cette histoire.

 

Je n'ai pu me résoudre ici à dessiner ces fantômes lugubres, préférant de loin laisser le lecteur se les figurer lui-même. Du coup, j'ai opté pour montrer les arbres qui tentent de prévenir le malheureux.

 

Kannerez-Noz

 

Oui mais voilà : Je me suis laissé emporter par mon enthousiasme ! Le public visé par ce livre des Contes Léonards ne doit pas se limiter à celui des "Contes de la Crypte" ou des fans de Tim Burton ! Il s'agit d'un livre "grand public".

Alors j'ai refait de moi-même la version ci-dessous.

 

Kannerez-Noz-2

 

 

"La Laine Noire"

 

L'histoire d'un gouverneur Romain tombé amoureux de la fille du roi local, et dont il ne se verra accodrer la main que s'il parvient à nettoyer la laine noire d'un manteau. Mais l'amoureux transi ignore que ce manteau a été tissé dans la laine d'un mouton... NOIR !

II passera des mois, à laver désespérément une laine de plus en plus noire, jusqu'à ce qu'on le retrouve un joli matin d'hiver, mort, les mains prises dans la glace.

Laine-Noire

 

 

 

"Ar Miliner" (Le Meunier)

 

 L'histoire d'un meunier, de la jeune fille qui gagnera lentement son coeur, de leur bonheur, et de la fin cruelle et insensée de leur histoire. J'ai choisi de représenter les moments heureux de leur vie. Après tout, il faut se rappeler des belles choses, et les drames qui concluent parfois des vies ne doivent pas effacer le reste.

Miliner

 

Suite et fin des "Contes Léonards" la prochaine fois.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Franck 25/03/2011 12:24



ça donne envie de lire les contes.



phil 25/03/2011 10:22



Fort joli noir et blanc A la finition evoluant selon l'ambiance Bien cool



A Propos De L'auteur

  • Lefeuvre
  • Auteur BD/Illustrateur né en 1977, marié et papa de deux enfants.
  • Auteur BD/Illustrateur né en 1977, marié et papa de deux enfants.