Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 17:21

 Hello les amis !

 

O.K, je sais, ça fait un peu prétentieux de souligner la chose, mais bon sang, ce n'est pas tous les jours qu'on fera un reportage - très bien fichu qui plus est - sur moi à la télé alors je vais pas me la jouer modeste, et poste ici de suite la vidéo de l'émission hebdomadaire "Un Monde de Bulles" sur Public Sénat.

 

- L'émission entière, consacrée à un petit jeune qui monte (Blacksad).

 

 

Juste à la suite, on y cause de Tom et William avec des mots qui font rougir. C'est à la 19e minute que ça se passe.

 

Pour la petite histoire, le reportage avait été filmé en mars 2010, au salon du livre de Paris... et n'a été diffusée qu'à partir de samedi dernier (8 octobre - soit 7 mois plus tard).

 

Je m'en étais expliqué l'absence de diffusion les semaines qui avaient suivi en pensant que j'avais du être si intéressant que le rédacteur en chef avait du conclure qu'il ne valait mieux pas diffuser.

 

En tout cas, tout ça ne peut qu'aller dans le bon sens : M'aider à imposer la suite et fin de Tom et William auprès du staff du Lombard :

           "Les ROA du Monde" .

 

Je devrais bientôt savoir ce qu'il en est.

 

Un grand merci à l'équipe d'Un Monde de Bulles, et en particulier à son animateur Jean-Philippe Lefèvre qui avait alors consacré à l'album une chouette chronique dans Métro.

 

 

Repost 0
15 octobre 2010 5 15 /10 /octobre /2010 12:23

Suite des premiers pas d'une nouvelle bande dessinée.

 

Un nouveau livre, c'est comme un bébé : Les parents sont tout juste au courant, mais ils préfèrent attendre un peu avant d'en faire part aux autres, de donner le prénom quand ils le connaissent, son sexe ou les conditions exactes dans lesquelles il a été conçu (J'ai d'ailleurs toujours trouvé ça un peu bizarre). Passons.

 

 Bien que je ne sais que depuis peu que je vais réaliser l'album en question (j'estime d'ailleurs à la louche à deux ans le temps qu'il reste avant qu'il ne soit en librairie), je ne peux m'empêcher d'en causer un peu. Il sera en noir et blanc et va me permettre de ramener au premier-plan un peu de ces influences corbeno/wrightsonniennes qui m'ont tant marqué. Du coup, je lâche quelques infos et "photos de tournage" au fur et à mesure.

 

           Ne me confiez jamais un secret !

 

 Quelques photos. Il s'agit de la modélisation sommaire en papier mâché de la tête du héros macabre d'une nouvelle fantastique :

 

Un mort revenu hanter un petit village de campagne française à la fin du XIXe.

 

 

DSC05970 DSC05974

 

Ca me permet de voir la tête sous tous les angles afin de m'aider à en piger les volumes avant de passer à la réalisation des planches de BD proprement dites.

En son temps, Berni Wrightson avait fait la même chose au moment de réaliser son chef-d'oeuvre l'illustration du roman classique "Frankenstein" : A partir d'un crâne humain, il y avait ajouté de la cire pour obtenir les volumes tout en tendons et en nerfs saillants si caractéristiques de l'esthétique du maître du macabre.

 

DSC05977 DSC05979

 

Moi, j'ai fait avec les moyens du bord : De la vieille colle à tapisser, une boule de papier journal, mes doigts, mes cheveux (coupés la veille et récupérés à la corbeille), et un poil d'acrylique.

 

1h30 chrono plus tard (le temps de la "La Malédiction du Loup-Garou" en fond sonore), et c'est bon.

 

DSC05981 DSC05975

 

Les oreilles, c'est du papier hygiénique (d'où l'expression "être dur de la feuille" (J'essaie d'alléger le climat comme je peux).

 

J'ai bien essayé aussi avec du papier rose, mais ça le faisait moins.

 

DSC05983.jpg

 

"-To be or not to be en papier mâché... that's the question."

   

Pour finir, un crayonné d'une planche où l'on voit les premières intégrations de mon fantôme pathétique.

Il doit faire peur autant que pitié. J'essaye d'éviter le réalisme (pas forcément de bon goût quand on tape déjà dans un conte avec un revenant) pour privilégier une forme d'expressionnisme (exagération visuelle et narrative de la réalité pour s'appliquer à privilégier les traits de caractère ou d'ambiance, sur le modèle de Fritz Lang, Murnau ou encore Tim Burton).

 

CQATF-3

That's all folks !

 

Ce week-end, rendez-vous samedi et dimanche à "la 25 ème heure du livre du Mans" pour des dédicaces de folie !

(puis ici-même ce lundi pour une nouvelle chronique de "Vos Héros vous ressemblent".)

 

Repost 0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 11:33

        Youpiyi - Youpiya :

 

Une nouvelle séquence de cette chronique que le monde entier nous envie désormais (Je n'invente rien : il me l'a dit lui-même) :

"Vos Héros vous Ressemblent" !

 

Encore une fois, j'ai demandé à toutes les malheureuses victimes (mes lecteurs rencontrés au festival Quai des Bulles de Saint-Malo), de me confier parmi tous nos vaillants héros (ou héroïnes) de BD... lequel était le tout premier (ou la toute première donc) à les avoir vraiment marqué...

Une sorte de madeleine-de-Proust-des-bulles, en somme.

 

Et HOP ! Ni vu ni connu je leur mitonne une petite couv des éditions ROA, rien qu'à eux, avec leur nom, mois et année de naissance avec le dit héros choisi par eux (enfin je fais ce que je peux) en couverture.

 

Il ne reste plus qu'à prendre la pose : clic c'est dans la boîte.. et sur mon blog ce lundi matin.

 

Allez c'est parti :

 

petzi.jpg popeye.jpg

  Petzi                                                                       Popeye

 

3 pommes astérix

                            3 Pommes                                                         Astérix

                              (dédicace 100)

 

blek blek2

  BLEK le ROC                                                          BLEK le ROC encore

 

chose corto

   La Chose (4 Fantastiques)                                Corto Maltese

 

cosmos Difool

  Cosmos (Arédit)                                                  John Difool + Arzak

 

Elvifrance flash gordon

Elvifrance (Petits formats pour adultes)              FLASH GORDON

 

Gâchette 2 janusstark

                         Sgt GARRY                                                           JANUS STARK

                 (dédicace 110)

 

jojo kit Carson

JOJO                                                                       KIT CARSON

 

mandrake misterNO

MANDRAKE                                                           MISTER NO

 

rork Sherlock

RORK (Andréas)                                                 Sherlock Holmes

 

spirou thorgal

Spirou                                                                    THORGAL

 

tintin tintin2

                           TINTIN                                                                   TINTIN

                 (dédicace 120)

 

william william2

William (avec Spirou dans les mains)                  William encore

 

meteor.jpg

"Météor" pour un grand collectionneur

 

C'est sans doute bien évidemment lié au sujet même de "Tom et William" (les petits formats noir et blanc et leurs multiples héros), mais je trouve quand même qu'il y a une part considérable de BLEK, AKIM, JANUS STARK, SWING ou encore ADAM ETERNO, PUMA NOIR qui reviennent inlassablement dans ces discussions.

 

Pour en juger au-delà des rencontres de ce seul week-end malouin, je vous invite à jetter un oeil au diaporama de l'ensemble des dédicaces réalisées à ce jour sur ce thème des héros intimes de chacun dans l'album photo à droite "Dédicaces".

 

Comme ils sont classés par ordre alphabétique, on constate que si le peloton de tête est tenu par la clique Spider-Man, Batman ou Wolverine... nous n'avons pas à rougir pour autant de la popularité des héros de nos petits formats comme BLEK; AKIM; COW BOYS ou Capt'ain SWING.

 

Je précise aussi que le Thierry a qui j'ai dédicacé un petit JOJO du regretté Geerts (dédicace n° 15)... n'est autre que Thierry Nouveau, dessinateur de la série jeunesse "LEO et LOLA" (également au Lombard).

 

DSC05947

 Détail amusant :

 

Comme vous pouvez le constater, il faut aditionner en moyenne l'âge de 3 lectrices de "Tom et Lola" pour obtenir seulement la moitié de l'âge moyen des miens.

 

Par contre, le Lombard fournit les fraises Tagada pour tout le monde.

C'est aussi ça la fameuse politique "de 7 à 77 ans".

 

Prochaine mission "Vos Héros vous Ressemblent" : Le week-end prochain au salon du livre du Mans " La 25 ème Heure du Livre". 

   

A bientôt !

Repost 0
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 19:21

Se lancer dans une chronique de "Frazetta contre les Clones" n'est jamais une mince affaire. Généralement, je me dis que j'ai quelques exemples bien rangés de Frazettades autour d'un tableau, ou d'une thématique bien particulière, et qu'il ne me reste donc plus qu'à vous balancer tout ça.

 

 Rapidement.

 

Ce que je peux être naïf.

 

 

Aujourd'hui donc, je m'attaque à Conan (façon de parler : je pèse 68 kilos tout mouillé et je tiens à la vie).

Pour la majorité de ceux qui ne connaissent Frazetta que très vaguement, son nom est synonyme du personnage créé par Robert Howard. Frazetta a en effet littéralement explosé grâce à la série de couvertures qu'il fera sur lui pour l'éditeur Lancer Books dans les années 60. Sa réputation est passée d'excellent illustrateur et dessinateur de comics... A superstar !

Et tout ça, grâce à Conan.

 

Frazetta dira lui-même que si Foster restera certainement comme LE dessinateur de Tarzan, on se souviendrait plutôt de lui pour son apport sur le personnage de Conan.

 

Il est d'ailleurs à présent important d'ajouter que Conan doit tout autant à Frazetta, puisque c'est incontestablement grâce à ces fameuses peintures que le Barbare a connu ce renouveau dans les années 60, et qui conduira rapidement aux nombreuses déclinaisons en comics (Marvel ayant dans la foulée acquis les droits d'adaptation), cinéma (un remake - ou pour être exact un "reboot" : reprise de la légende à sa base - est d'ailleurs en tournage par Marcus Niespel), une série télé (no comment) et une série de dessin animés pour les gosses ("Conan, l'aventurier, le sauveur de l'humanitééééééé ... ").

 

Je ne vais donc pas pouvoir traiter en une seule chronique tous les détournements de la vision frazettienne de Conan, et vais me concentrer sur le premier des 8 tableaux qu'il lui aura consacré, et qui est aussi le plus connu "Conan the Barbarian", peint en 1965.

 

Petite mise en bouche en commençant par citer un peintre Italien classique : Tiziano Vecellio - ( Le Titien en Français) - 1490-1576 et qui s'est illustré à la fois par la peinture de scènes mythologiques grecques et bibliques (cf. Tableaux ci dessous ) ...  

 

titien-cainetabel titien-david

 

               "Caïn et Abel"                  -             "David"

 

 

Titien-Henry VIII of England

 

 

... mais aussi par les portraits virils de rois (si vous ne me croyez pas, jettez un oeil à la braguette - terme exact de la pièce de tissu rembourrée qui empêchait le membre masculin de se ballader indûment - présentée sur le tableau de gauche : "Henry VIII d'Angleterre"



A ce titre, Le Conan de Frazetta, sa peinture en général fait montre d'une connaissance de l'artiste vénitien. Sans doute un reste de l'éducation du jeune Frank dans l'atelier du peintre sicilien Falanga dont il a fréquenté l'école de Brooklyn.

 

 

 

 

 

 

 

Mais nous n'en sommes pas encore là.

 

 

 

 

 

 

 

Contexte de création de Conan : Les Pulps

 

weird tales Weird Tales QotBC

 

En 1936, Robert Howard, créateur de Conan, Skull ou encore Solomon Kane se suicide à 30 ans.

 

Il laisse derrière lui une oeuvre urgente, toute faite de nouvelles fantastiques et policières où l'action et le souffle épique dominent. A sa mort, Conan est son personnage le plus fameux et Robert Howard gagne très bien sa vie dans la petite bourgade texanne de Cross Plains où il vivait avec sa mère.

Son oeuvre est publiée dans le magazine pulp "Weird Tales" dans lequel un autre écrivain, H.P. Lovecraft, publie lui aussi ses redoutables histoires.

Les représentations qui sont alors faites de Conan sont très éloignées de celle que nous lui connaissons tous aujourd'hui.

 

Cette apparence, C'est à Frazetta que nous la devons.

 

A l'époque, Howard est fasciné par le culturisme, le naturisme qui fait alors de plus en plus d'émules dans l'Europe des années 30 (notamment en Allemagne). Une certaine esthétique de la beauté du corps, toute droite héritée des statues grecques, influence aussi les illustrateurs qui illustraient alors les couvertures de Weird Tales comme vous pouvez le voir dans les deux exemples ci-dessus.

 

Steve_Holland_Chris_Noel.jpg

 

 Rajout du lendemain :  Artemus DADA est un archiviste redoutable. Il m'a envoyé la photo ci-dessus en réaction à la lecture de la présente chronique, document qui la complète. Et puisqu'il écrit très bien, je me contente de recopier le texte écrit à son propos sur son blog.
  
" Steve Holland est un acteur qui a notamment  servi de modèle à Jim Bama pour représenter Doc Savage dans les années soixante à l'occasion de la réédition des aventures de l'Homme de Bronze, néanmoins cette photo (qui a été utilisée pour illustrer un roman d'Edison Marshall - West with the Vikings) semble avoir été  reprise pour un film sorti au début des années 80, dont le personnage principal est aussi comme Doc Savage, un pilier de la pop culture." 

 

  Et ce fameux film sorti au début des années 80 auquel Artemus Dada fait allusion est bien entendu le CONAN de John Millius (1982) avec Scharzenegger dans le rôle-titre... avec la peinture de Frazetta (ci-dessous) utilisée comme l'une des affiches. Ajoutons aussi que James Bama est une des influences assumées de Frazetta.

 

      Merci m'sieur DADA !

 

Venons-en maintenant au sujet qui nous intéresse : Le tableau de Frazetta "Conan the Barbarian".

 

conan-ff

 

La vision de Frazetta ajoute aux illustrations habituelles à la fois la force des scènes mythiques ainsi que le maintien des portraits royaux peints par le Titien. Ces caractéristiques sont des marques du personnage d'Howard.

Mais Frazetta y ajoute aussi sa conception du physique sauvage que devait avoir des brutes comme Conan pour survivre en ces temps sans pitié : La corpulence d'un ours allié à la férocité du loup affamé.

 

La construction triangulaire typique des tableaux de Frazetta est aussi présente, avec le premier-plan sombre et quasi impressionniste du monticule humain sur lequel s'élève le barbare victorieux. La femme accrochée à sa jambe semble elle-même ne s'extraire de la boue de cette colline des morts, qu'à l'endroit où elle s'accroche et rejoint la puissance de la vie (incarnée par Conan). Comme dans le traitement de son Death Dealer, parmi d'autres exemples, Frazetta s'est concentré ici à soigner les détails sur les ornements/trophées, bijoux, veines et armes du vainqueur; moyen simple et efficace d'orienter notre oeil là où il le veut.

 

Passons maintenant au coeur de notre propos : les déclinaisons de ce tableau chez d'autres peintres/dessinateurs.

 

Commençons par les clins d'oeil/hommage.

 

 

conan-mazzucchelli 

 A tout seigneur tout honneur : Le génial David Mazzucchelli a choisi de décorer l'appartement d'un dealer de coke de toutes sortes de beauferies hors de prix... notamment cette statue (certainement le prix de votre appart !) réalisée d'après le tableau de Frazetta.

 

 Mazzucchelli est coutumier du fait, puisque 7 planches en arrière, le commissaire Gordon et la belle Essen prennent un café dans un bistrot estampillé "HOPPER", sur le modèle du célèbre tableau "Nighthawks"  - du peintre Hopper(ce tableau a été détourné tant de fois qu'il pourrait faire l'objet d'une chronique à lui seul).

 

(Batman : Year One par Miller et Mazz - Un must-have pour qui prétend un jour avoir lu ce qu'il y a de bon à lire en comics)

 

 

Powers32

On continue avec la couverture de POWERS # 32 - De Brian Bendis et Oeming. Les couvertures sont souvent prétextes à des hommages comme c'est le cas ici. Merci à mon vieux pote Fabrice de m'avoir envoyé celle-ci que je ne connaissais pas !

 

goranparlovbis.jpggoranparlovquater.jpg

On continue avec 2 croquis de l'excellent Goran Parnov, dont le trait magnifiquement jeté me rappelle le grand Bernet (Torpedo, ça vous dit quelque chose ?). Pour les besoins d'une couverture du Punisher, on peut voir (allez-y, faites-moi plaisir et cliquez-moi ça pour agrandir) comment il s'est détaché un peu du quasi copier-coller du tableau de Frazetta pour son premier croquis ...

 

goranparlovfini.jpg

 Et le résultat final (2009).

 

 

Parlov n'est d'ailleurs pas le seul a reprendre cette pose toute droit sortie du Conan de frazetta pour créer une couverture du Punisher, puisque déjà l'an dernier Dave Johnson tapait lui aussi dans la meuf accrochée à la patte pour composer cette néanmoins très efficace couverture de Punisher  : Frank Castle Max # 71

 

93_PUNISHER__FRANK_CASTLE_MAX_71.jpg

Quand on sait que l'intérieur du comic est du même Parlov cité à peine 5 lignes plus haut... On se dit quand même que les mecs sont peut-être balèzes niveau dessin... Mais que niveau inspiration c'est une autre affaire.

 

 Trop d'hommage tue l'hommage.

 

Et puisqu'on est à la limite du clin d'oeil qui devient inspiration manifeste, la transition est toute trouvée pour passer à une autre catégorie : les pompeurs et autres recopieurs.

 

   conanDEbarbaar13

 

Je vous mets tout ça un peu en vrac, vous rangerez vous mêmes, hein ? Pas de chichis entre nous. Alors il y a par ordre d'apparition l'affiche du film (ainsi que la pochette du CD par le regretté Basil Poledouris) avec en cadeau - C'est gratuit ça me fait bien plaisir - les vautours de Frazetta (si typiques du pays).

 

On continue avec Brom. Celui-là, on l'a déjà vu ici (il aime se faire remarquer. C'est comme Ralph Reese et Maroto, tiens).

 

brom-conan2.jpg

 

Ah oui : Je me suis permis de coller la tête du Conan de Frazetta (mis en miroir, histoire que les deux regardent dans la même direction) En tout cas, ils achètent leur collier dans la même bijouterie. Désolé, je n'ai pas trouvé meilleure qualité. Je ne sais donc pas s'il a poussé le vice jusqu'à reproduire la petite cicatrice sur le nez de "son" Conan, dont par ailleurs j'aime assez le rendu et les teintes.

 

 

Ken Kelly, lui, il a été sympa : Il a fait un gros plan de son Conan. Du coup, on voit bien la cicatrice sur le nez. C'est plus facile de comparer.

Do-or-Die2.jpg conan-ff-detail2

 

Et puis il y a les comics Marvel : "King Conan" devenu au bout de quelques numéros (attention, c'est subtil) ..."Conan the King" ! Parce que c'est forcément plus vendeur de mettre le nom CONAN en premier.

 

Dans les premiers numéros, le petit Conan du cartouche en haut à gauche est figuré en posture royale reprenant cette pose du tableau de Frazetta : Les 2 mains posées sur le pommeau pointe au sol (ci-dessous à gauche).

 

En passant à "King Conan", on remplace ce dessin par un Conan offensif accompagné de son fils : Le prince Conn (!) Du coup, comme la composition frazetienne n'avait plus été réutilisée depuis... oh ! : Allez au moins quatre mois, on la réutilise dans la couverture du numéro 33 (ci-dessous à droite).

 

 

KINGconan15bis.jpgKINGconan33bis.jpg 

 

conan-super 

 

 

 

On continue avec la couverture française du numéro 1 de Super Conan.

Dommage qu'on ne voit pas bien la tête de mort dans le ciel (comme sur le tableau peint 20 ans avant par Frazetta. C'est pas bien grave, puisqu'internet ma permis de trouver très facilement l'équivalent Hollandais de la même couverture, où le maquettiste a eu la bonne idée de ne pas cacher la couverture derrière un énorme cartouche aussi jaune qu'inutile.

 

Du coup, j'ai l'honneur de vous présenter...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

conanDEbarbaar10

 

 CONAN De BARBAAAAAAAAR !     " DESCHAT VAN TRANICOS !!!"

Chouette ! Désormais on voit bien en plus du reste, le crâne qui fait tant penser à la peinture originelle de Frazetta.

 

série-bleue-85

 

 On continue (courage, c'est presque fini), avec cette superbe couverture d'une des fameuses séries bleues Elvifrance qui sent la BD pour vieux cochon, avec ce titre qui sent si bon lesacrilège "Eve et le Serpent" !  Et comme le chantait Julie Pietri : -"E-veu lèveu-toi et danse avec la vie".

 

Oh allez, ça va quoi : On a la culture qu'on peut, et puis je vous rappelle que j'ai commencé cette chronique avec le Titien (1490-1576).    Alors camembert. 

 

conan-ff-detail 

serie-bleue-85detail.jpg

 

Entre la hache posée, et la position de la femme couchée... il y a comme une grosse anguille sous roche !

 

série-bleue-85détail2

 

Et quant au serpent lui-même... On le retrouve à passer entre les jambes d'un Conan enchaîné dans un autre tableau du Cimérien toutjours par Frazetta  "Chained" !

 

conan_chained.jpg

 

Aaaah les tableaux avec des hommes musclés et des serpents curieux : Ca fait le bonheur des psychanalistes, des gay-geeks, voire les deux en même temps : Vous êtes tous les bienvenus (cf. la couv de Weird Tales - plus haut dans le même article).

 

Allez, je vous balance quelques dernières images, pas vraiment des pompes ou des frazettades stricto-sensu.

Juste des images recyclant cette esthétique Frazetta de Conan.

 

 

gunan-il-guerriero  mad235

Gunnan el Guerreiro                                   Couverture de MAD Magazine par Boris.

 

 

sangraal  thor2

 

" The Sword of the Barbarians"                                     "Thor"

(aussi connu sous le nom "Sangraal")              (Vous fiez pas au noms :

Pose de la fille pompée sur celle                          Tout ceci est Italien !)

de Sandahl Bergmann

sur l'affiche de Conan plus haut.

 

 thor maarrhan

 

Tiens ! Encore THOR.                            Une BD faite par deux connaissances,

L'emmerdez pas trop quand même :             en plus : La parodie de RAHAN

Bien énervé, Thor tue.                                    Par Gégé et Malo LOUARN

Ne dites rien. Je sais.                                         "MAAR-RHAN"

 

 

Terminons avec le même Gégé, qui a fait figurer à l'arrière-plan de ce que je considère comme son chef-d'oeuvre "Monsieur Tendre"... Une certaine affiche de film, qui représente ici l'idéal de virilité de son héros, petit moustachu freluquet et timide. Un bijou.

 

tendre

 

Ah ! J'allais oublier : Coucho est le papa d'une bande dessinée parodique des "Connard le Barbant"qui déferlait à l'époque, dans l'esprit du MAAR-RHAN  évoqué un peu plus haut. Ca s'appelait le Banni ( image retrouvée grâce au génial blog de François Corteggianni), et ça donnait ça :

 

banni-.jpg

 

On compare avec l'original, et on constate que derrière le trait faussement désinvolte de Coucho, il y a un oeil attentif aux codes de Frazettiens, comme ce petit bidon chez la femme repris et amplifié. La pose même du Conan original qu'on a désormais du mal à regarder sans voir le geste du type qui débouche une bouteille de pif, la typo reprise sur celle du film de Millius et la justesse de l'expression du Banni, l'oeil légèrement plus fermé qui témoigne avec une économie de moyen de l'effort déployé.

 

conan-ff

 

 

    A bientôt.

Repost 0
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 11:53

Bonjour à tous !

 

Il est temps d'en finir : Bas les masques !

 

 J'imagine que nombre d'entre vous sont au courant que pendant un an et demie, je me suis caché pour les besoins d'un blog derrière l'identité d'un certain Alain Chevrel personnage fictif inventé pour les besoins de ma bande dessinée" Tom et William" (éd. Le Lombard - en vente dans toutes les bonnes crèmeries).

 

Entre autres personnages présentés dans cette histoire, on y trouve donc cet alter-ego : Alain Chevrel. Ce jeune retraité est un collectionneur de ces fameuses petites bandes dessinées en noir et blanc, type AKIM, ZEMBLA, Cap'tain SWING ou TEX WILLER.

 

Pour la petite histoire, son nom est composé du prénom d'un ancien collègue (Alain ROUAULT), et du patronyme d'un autre (Jean-Pierre CHEVREL). Souvenir d'une autre vie où je gagnais ma vie comme peintre industriel dans une miroiterie.

 

couverture-perspective2

 

 

Dans Tom et William, il est question de nostalgie. Nostalgie de l'enfance qui s'envole. Nostalgie aussi de ces fameuses petites BD (ou Petits Formats, BD de gare, pockets... appelez-les comme vous voulez !) qui ont fleuri pendnat une trentaine d'années. Tout ça au travers de Tom, un gosse de 6 ans, qui a le pouvoir d'invoquer 10 de ses héros-fétiches, tous sortis des bandes dessinées sus-citées comme Alladin avec le génie de sa lampe.

 

La problématique pour que fonctionne cette histoire de bande dessinée où débarquent des personnages de bande dessinée, était pour moi de dissocier dans mon histoire les gens comme vous et moi... des héros de BD matérialisés par magie dans leur monde à eux, héros de BD qu'ils perçoivent comme tels. 

 

Dans l'absolu, j'aurai évidemment adoré utiliser les vrais AKIM, BLEK le ROC, Sergent ROCK, ou autres BATTLER BRITTON. Mais pour des raisons évidentes de droits d'utilisation des personnages, ce n'était pas envisageable (sans compter que les amateurs n'auraient pas apprécié qu'on s'approprie et détourne leurs héros).

 

Et puis je voulais me réserver le droit de "tuer" certains de ces personnages dans mon histoire. Parce qu'à la différence des séries dans lesquelles ils triomphent éternellement, je souhaitais justement les inscrire dans un contexte plus... disons réaliste (faute de mieux), où la violence a des conséquences parfois tragiques.

 

couv-ZOO.jpg couv-voeux-2010.jpg

 

Et comme ces héros représentaient chacun un archétype de héros (cow-boy, G.I., Chevalier, homme de la Jungle, Pirate...), il ne me restait donc plus qu'à créer de toute pièce un petit panthéon de héros "plus vrais que les vrais". Lisez-moi ça à voix haute, c'est de la poésie ! :

 

Shériff JIM COLT; Chevalier PANACHE; Sgt GACHETTE; ZANTHAR; TCHING-TCHANG, GORAK; COSMICMAN; Pirate SKULL; GUNNAR le Barbare; Le SURVIVANT.

 

Pas mal, non ? On dirait presque du Stan Lee !

 

 

Et pour les réunir tous sous une même bannière, une maison d'édition s'imposait. Mon Marvel à moi, en somme.

 

Ainsi, sur le modèle des noms des vraies maisons d'édition de petits formats d'alors, noms aux consonnances latines un peu guerrières (et pompeuses) - Lyon (Lugdunum en latin) avait les éditions LUG et IMPERIA, tandis que Paris avait (entre autres) les éditions LUTECE. Qu'à cela ne tienne ! Ma ville Rennes aurait elle aussi sa traditionelle maison d'édition de Petits Formats. Et puisque le nom latin de Rennes était CONDATE (je ne pouvais de fait pas décemment prendre sur le modèle LUG, les 3 premières lettres de ce nom pour nommer mes éditions), décision était prise. Le nom serait les 3 premières lettres de Rennes en Breton : Roazhon... Voilà comment sont nées Les éditions ROA !

 

 banniere-blog.jpg

 

Mais il leur manquait encore un certain degré de "réalité", à mes fichues éditions fictives. Il leur fallait un catalogue de héros à la hauteur des vraies... Et puis des dessinateurs maison aussi ... et un scénariste omniprésent et hyper-prolifique : John KING.

 Et puis leur insuffler une envergure nationale (plus le Maroc, la Suisse et la Belgique) ! Car après tout : n'est-ce pas là le travail de tout romancier ou auteur de BD (biographies exceptées) : Incarner au seul moyen d'encre couchée sur le papier... ce qui n'existe pas en réalité !

 

Puisque l'un des personnages de Tom et William (le fameux Alain Chevrel) est lui-même un fin amateur de cette maison d'édition, j'ai eu l'idée en parallèle de l'album de lui prêter un blog (que j'ai créé dans la foulée). Ce blog avait en premier lieu un double rôle :

 

- Développer l'existence des héros appelés dans l'histoire par Tom.

- Evoquer plus largement, à travers quelques 81 chroniques d'Alain, de cette culture immensément large qu'est le monde du Petit Format - genre largement ignoré, voire méprisé.

 

couv-cosmicman1.jpg couv-daniela.jpg

 

Ainsi est né en 2009 le blog d'Alain Chevrel, blog entièrement dédié à la mémoire des défuntes éditions ROA (1949-1984) et tous ses héros.

 

Je l'ai alimenté patiemment et en toute tranquillité de fausses planches et fausses couvertures (comme vous pouvez le voir un peu partout autour de ces lignes), suivant le modèles des originaux avec lesquels j'avais moi-même grandi.

Mon "plan" commençait alors à prendre forme, accumulant de la matière, entièrement créée sous Photoshop.

 

En début d'année 2010, une fuite aussi volontaire que spontanée (sous forme d'un commentaire laissé par votre serviteur le 4 février suite à une chronique du blog de J.P. DIONNET), a amené 10 jours plus tard un inscrit "dbruant" du forum PIMPF (paradis des pointus des BD et littératures populaires) a ouvrir une discussion autour de ces mystérieuses éditions ROA. Moi qui ne fréquentais alors aucun forum, n'était pas au courant de ce qui se passait.

 

couv-FricFracFroc.jpg  couv-gorak4.jpg

 

J'ai été mis au courant par le coup de fil de Vasco, membre de ce forum qui avait reconnu dans la signature apposée en clin d'oeil sur la couverture de SKULL "Stefano Duvalli", notre ami commun Stéphane DUVAL. De là, Stéphane qui est au courant de ma démarche depuis le début lui a donné mes coordonnées.

 

C'est ainsi que j'ai découvert avec un immense plaisir sur le forum PIMPF les commentaires avisés d'amateurs d'abord perplexes, remonter rapidement l'enquête jusqu'à moi.

 

Il est important à ce stade des choses de préciser un point : Je n'ai jamais eu l'intention de faire préexister le blog à l'album ! Je n'ai jamais non plus imaginé, ni prémédité la gentille confusion que la découverte du blog d'Alain Chevrel provoquerait : En laissant ce commentaire sur le blog de Dionnet... J'imaginais, au mieux, que ce serait Jean-Pierre Dionnet lui-même qui irait y faire un tour ! L'avis sur mon travail de la part du fin connaisseur de ces genres qu'on dit Mauvais sur France-Culture m'intéressait, voilà tout ! Pour avoir enfin rencontré Dionnet à Nantes quelques mois plus tard, celui-ci m'a d'ailleurs confirmé qu'il n'avait alors pas lu mon commentaire.

 

couv-krikitu4.jpg couv-skull5.jpg

 

Quoi qu'il en soit, le mois suivant (mars) allait sortir "Tom et William". Moi j'imaginais que l'adresse du blog, laissée négligemment à la fin de l'album parmi les notes du journal d'Alain, serait peut-être consultée sur internet par les plus curieux, et qu'ils y trouveraient une sorte de cadeau-bonux, sous la forme d'un travail complémentaire totalement gratuit !

 

Parce que outre créer le fameux buzz internet si précieux aujourd'hui quand on sort un premier album, mon idée était d'utiliser ce blog pour boucler la boucle temporelle : A savoir passer le relais de l'album vers le blog... puis de la fin du blog (vendredi dernier - 24 sept 2010.) vers l'album à nouveau (mais avec cette fois-ci un éclairage neuf sur l'histoire) !

 

 couv-guerre5.jpg  couv-jim-colt2.jpg

 

Evidemment, je ne tenais pas à m'étendre là-dessus (je l'avais déjà fait à 2 reprises dans les magazines COMIC-BOX en mars, puis dans le CASEMATE de juillet). Et puis pour reprendre un bon mot d'Alphonse Allais (Je cite de mémoire - " Un type obligé d'expliquer la chute de sa blague... C'est comme un chasseur qui est obligé d'aller chercher lui-même au milieu d'un étang le canard qu'il vient de tirer".

 

Mais il se trouve que la chute du blog en question (un faux-article de Ouest-France, relatant un prétendu accident de la circulation qui donne le départ de l'album), révélation finale prévue il y a aujourd'hui plus d'un an, en a déconcerté plus d'un. Certains m'ont même prêté des intentions cyniques, au vu du réalisme du dernier document présenté. D'autres se sont un peu mélangés les pinceaux (comment leur en vouloir, puisque j'avais effectivement tout fait pour provoquer cette confusion réalité/fiction), et ont pensé qu'Alain Chevrel ou moi-même avait réellement eu un accident très grave.

Je suis vraiment embêté à l'idée qu'on se figure que je joue sciemment avec les sensibilités : Ce n'était ni mon intention, ni encore moins ma nature !

C'est vrai que j'ai tout fait pour rendre le blog et la personnalité d'Alain Chevrel crédibles... Parce que je crois que la crédibilité des personnages d'une histoire, quel que soit par ailleurs son degré de fantaisie, est l'ingrédient indispensable pour qu'on y "croit"! Je suis aussi un peu parti du principe que tout les gens qui ont fréquenté le blog ROA savaient que c'était là avant tout une lettre d'amour d'un fan de petits formats à ses lectures d'enfance. J'ai un peu multiplié aussi les références  "clin d'oeil", comme cette dernière couverture publiée avec ma tronche en joueur de foot sur un autocollant "Vache Qui Rit", pour "signer" le truc, et enlever tout doute : ( voir couverture Panache ci-dessous).

 

 couv-jim-colt5.jpg couv-panache6.jpg

Finalement (on y arrive !) j'ai décidé ce matin d'enlever la photo du faux article incriminé. Car je crois qu'il était extrêmement maladroit de ma part, même si je n'en ai pas eu le moindre début d'intention, de vouloir faire réaliste coûte que coûte. L'article en lui seul boucle aussi bien l'histoire d'Alain et de son blog.

 

Je suis donc désolé si certains ont été attristés "pour de vrai", je pense en particulier à Fred Boot, Totoche et Jean-Louis... Qu'ils ne doutent pas que cela n'a jamais été mon intention de choquer qui que ce soit !

 

      OUF ! C'est dit.

 

 

Tiens, en prime pour remercier ceux qui auront eu a patience d'aller jusqu'au bout de cette interminable chronique : Une planche vintage inédite, façon "weeklies" américain d'un extrait de résumé de Tom et William.

2rogne.JPG

 

   Les éditions ROA sont mortes... Longue vie aux ROA !





Repost 0
25 septembre 2010 6 25 /09 /septembre /2010 11:20

Ca y est, nous y voilà ! Nous sommes le samedi 25 septembre 2010 !

 

Et qu'a donc de particulier cette date, me direz-vous.

 

L'histoire que j'ai raconté dans ma première bande dessinée "Tom et William", parue en mars dans la collection Signé du Lombard commence précisément à cette date, le matin, c'est à dire maintenant ! Certes, l'aventure qui arrive à mes deux héros : Tout d'abord Tom (petit blondinet orphelin de 6 ans) et à son nouvel ami William (jeune homme noir de 33 ans) se passe dans une autre dimension (jusqu'à preuve du contraire, puisque nous sommes là pour en témoigner !), mais jusqu'à mercredi dernier, les habitués du blog des éditions ROA savent bien que j'ai tout fait pour ancrer l'un des protagonistes de  l'album Alain Chevrel dans notre dimension.

 

 

  

Maintenant que la boucle est bouclée (tout ça pour ça !), l'histoire de Tom et William peut re-commencer, et donc être relue à l'éclairage du dernier message de ce blog désormais figé.

 

J'avais envie de célébrer, ou du moins marquer le coup de cette date "mise à l'eau" de mes personnages, avec les quelques visiteurs (Oh ! Une trentaine par jour en moyenne - c'est pas le blog de Boulet ! ) qui me font l'honneur de venir visiter ce blog.

 

Pour moi, une bande dessinée appartient d'abord à ceux qui la lisent. Avant d'être un auteur, on est un lecteur qui rêve fort que ses héros existent, quelque part, en vrai. C'est pour ça qu'au moment de sauter le pas et de proposer une histoire à un éditeur "pour de vrai", j'ai écris cette histoire d'un p'tit gars qui commande à ses héros, la plus simple représentation pour moi d'un rêve de gosse biberonné à la BD. Retrouver l'innocence d'un gamin qui ne sait pas encore que derrière Daredevil, Blacksad ou Titeuf, il y a d'abord des auteurs... un marché... une concurrence... et toutes ces considérations qui finissent lentement mais sûrement par nous éloigner du rêve initial !

 

C'est aussi pour ça que mes dédicaces ne sont pas centrées sur un dessin de mes personnages... mais sur les héros-cultes, figures quasi intimes qui appartiennent à chacun des lecteurs que je rencontre.

 

C'est parfois casse-gueule pour moi (surtout, par exemple, quand on me demande des personnages qui me sont peu familiers comme Buck Danny, n'est-ce pas, Alan de Vannes), mais c'est le jeu !

 

Il y a déjà près d'une centaine de ces dédicaces visibles sur ce blog et regroupées dans la chronique "Vos héros vous ressemblent", que je tiens à chacun de mes déplacements (Pour ceux que ça intéresserait, je serai bientôt 3 jours à Quai des Bulles à Saint-Mâlo!)

 

 Du coup, j'ai trouvé des croquis inédits de 7 planches de l'album Tom et William à poster. Ces croquis sont suivis (quand je les ai retrouvés) de croquis plus poussés des mêmes pages, puis de l'encrage, et enfin de la version définitive en couleur (et encore, même là, le pinailleur trouvera des différences selon que j'ai demandé à Walter d'y apporter des corrections).

 

 

 

Croquis, encrage et couleur de la page 33.

 

Planche clin d'oeil dans le découpage à un de mes dessinateurs préférés Sergio TOPPI. Je ne sais pas si c'est évident; Ca se voit peut-être plus dans la version noir et blanc.

31  31 

31 


Croquis, recroquis, encrage et couleur de la page 36.

 

Peut-être un petit quelque chose de Mignola ici, notamment dans la silhouette des personnages dans la première et la dernière case, plus la thématique des créatures tentaculaires géantes tout droit sorti d'une nouvelle de Lovecraft, et chères au papa d'Hellboy.

 

34 34bis

34 34

 

 


On continue avec les croquis, encrage et couleur de la page 37.

J'aime la grande case en bas à gauche, celle avec le tentacule qui vient vers nous et qui passe juste à côté de Tom.

 

   35  35bis

35

 

 

Page 38.

 

Pris par une pagination arrêtée, et une histoire dense, j'aurais aimé avoir plus de place pour donner de la place à l'action. Du coup, ça m'a obligé à faire preuve d'une extrême concision dans le découpage : 

Case 1 : Apparition du héros dans le ciel.

Case 2 : Empoignade du monstre.

Case 3 : Evacuation incontestable et définitive de la menace.

Case 4 : Un seul personnage (le plus désinvolte) est victorieux.

Case 5 : Regroupés dans une case, les autres affichent un tout autre sentiment, symbollisé par le casque du soldat Gâchette.

Case 6 : La violente disparition du héros choque un petit garçon confronté à une violence bien réelle.

 

 36-copie-1 36bis 

 

36 36

 

 


 On passe à la page 42.

 

Une de mes préférées de l'album. Les couleurs de Walter y sont pour beaucoup. Grâce à elles, on sent bien le décalage entre une froide nuit d'hiver (fin janvier), et une fraîche matinée du début de février (deux semaines plus tard).

 

40 40bis

40 40


 

 

 Page 43.

Je n'ai plus la version couleur de celle-ci. Voyez l'album !

41 41bis

41


 

Et on termine avec la page 44. Pareil que pour les pages précédentes : la concision obligée de ce passage du récit m'oblige à procéder à un découpage très elliptique : Il y a le feu au lac !

42.jpg 42bis.jpg

4242

 

By the way, Il est temps je crois de dire un grand merci à tous ceux qui ont joué le jeu pour m'aider à faire connaître les éditions ROA à travers chroniques et interventions complices.

 

En tout premier lieu, l'équipe du Lombard : Pôl, Nathalie, Eric, Antoine (Comic-box) Maurel, Rebekkah, Diane, Sophie et Fabien.

 

Merci ensuite aux lascars du net qui arpentent et alimentent la toile de belles images : Zaïtchick (je te devais bien un super-héros), Phil (ZOO) Cordier, François Corteggianni, Paul (Casemate) Giner, Artemus Dada, Vincent Pompetti, Stéphane Duval et tous les autres que je n'oublie pas.

 

Enfin, merci à tous les gens qui fréquentent les forums Pimpf, Buzz, Superpouvoirs  : Si je ne participe pas à l'intérieur même des discussions : Je suis des vôtres, les gars !

 

Bon week-end, et comme disait Karl Zéro "Méfiez-vous des contrefaçons" !

Repost 0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 11:11

Hu-hum. (raclement de gorge - témoin de mon émotion).

Je me lance.

 

La vie réserve parfois de belles surprises.

 

Alors voilà : Je travaille depuis quelques temps à un projet d'adaptation de contes fantastiques en bande dessinée. Des contes français. Comme je suis quelqu'un de prudent (qui a dit "superstitieux" ?), je ne vous en dirai pas trop pour le moment. Quand les choses seront concrètes je pourrai vous annoncer fièrement le nom de l'auteur adapté, que le titre de ses nouvelles que je souhaite mettre en images, et le nom de l'éditeur qui va publier le tout.

 

CQAF10

 La pomme, c'est juste pour donner une échelle des feuilles cartonnées sur lesquelles je bosse.

Je mélange fusain, café, acrylique, marqueur, stylo bille... Tout ce qui me tombe sous la main.

 

En même temps, je ne peux résister au plaisir de vous montrer quelques images, crayonnés fiévreux où je laisse libre cours à mes influences fondatrices, (macabres, mais pas gore) parfaitement appropriées pour ce futur livre en question : Il y a bien entendu mon chouchou Bernie Wrightson d'un côté (période noir et blanc "CREEPY")... et l'imaginaire breton (voire paysan dans un sens plus large), tel qu'il a été patiemment collecté par les Anatole Le Braz, CLaude Seignolle, Emile Souvestre et quelques autres collecteurs passionnés.

 

CQAF7 CQAF8 CQAF9

  Comme pour la quasi totalité des images de ce blog, cliquez sur les images pour les agrandir .

  

Il me semble en effet avoir enfin trouvé aujourd'hui des contes suffisamment "forts" pour justifier d'en réaliser une adptation en bande dessinée. La première étape a été de contacter leur auteur (qui a eu, outre la bonne idée d'être encore des nôtres, la non moins bonne idée de garder les droits de son oeuvre). Bingo ! Le monsieur s'est révélé quelqu'un d'une immense générosité, disponible... et d'un humour implacable ! Du coup, j'ai obtenu sa bénédiction pour le projet.

 

CQAF2

  Je repars à zéro. La première page ne me plaît pas : Le malheureux héros de la première histoire doit avoir l'air mort sans ressembler pour autant à un zombie hollywoodien. Cette version plus pathétique, plus "débile" (au sens premier : sans forces, chétif, stupide) me convient donc mieux, et correspond plus à l'esprit du texte.

 

Etape 2 : Trouver l'écrin idéal pour accueillir ces contes. Un éditeur s'impose, réputé pour son intransigeance et sa passion sincère à la fois pour ce type de littérature et pour le graphisme en noir et blanc (Ah, oui : J'avais oublié de préciser, tant cela m'apparaît comme évident, que ce travail ne peut-être fait qu'en noir et blanc !). Premiers contacts parfaits qui me confirme ce que je pressentais en achetant les livres de ses collections : Nous sommes sur la même longueur d'ondes ! Si l'on ajoute que j'ai eu la bonne surprise de découvrir que le dit éditeur, se révèle être un fin amateur de l'écrivain en question... il y a de quoi penser que les choses arrivent parce qu'elles doivent arriver ainsi.

 

CQAF4 CQAF5 CQAF6

 

Vous me trouvez enflammé ? Mystique ?

 

- Quand vous découvrirez (ou redécouvrirez) les textes du fameux bonhomme, je pense que vous partagerez mon enthousiasme.

 

Voilà donc les éléments qui m'autorisent aujourd'hui à commencer à vous entretenir de cette nouvelle aventure.

 

 Ne croyez pas que je joue à être mystérieux, en faisant des secrets de pas grand' chose : Je trépigne de vous dévoiler le tableau entier (ainsi que la première planche déjà réalisée), mais j'ai appris depuis longtemps et en particulier dans le secteur de l'édition qu' "un tiens vaut mieux que deux tu l'auras".

 

CQAF11 CQAF3

 

Les histoires macabres en question ajoutent au pittoresque des légendes paysannes effrayantes, liées à la sorcellerie, au Diable et aux loups, le regard incisif et juste d'un Maupassant sur la société rurale de la fin du XIXe siècle/début XXe.

 

Aujourd'hui, je vous montre mes premières recherches graphiques (peu ragoûtantes, j'en conviens). Elles correspondent à la première nouvelle que je souhaite adapter, et qui est aussi la première que j'ai lu de cet écrivain-mystère. J'avais autour de 12 ou 13 ans et je n'ai fait dès lors que rechercher tout texte, livre ou anthologie qui porterait cette même signature.

 

 

Repost 0
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 18:26

Evidemment, cet article n'a pas tant un intérêt artistique qu'une valeur personnelle, puisqu'il s'agit du faire-part de naissance du fils d'un ami.

Et si ce n'est pas le premier dessin que je fais pour ce type d'événement, ça m'a amusé de me prêter au jeu de juste essayer d'être le plus ressemblant possible avec la photo. C'est donc plus un exercice de copie, où l'on met le plus de côté possible sa propre personnalité, pour s'effacer devant le visage d'un petit être qui nous rejoint : La star, c'est Louis !

 

P'tit-Louis

  photo

 

Repost 0
19 septembre 2010 7 19 /09 /septembre /2010 09:44

Hello, le retour des dédicaces, avec une petite tournée automnale qui va me conduire de Saint-Malo au Nord en passant par la case Le Mans et quelques autres endroits (cf. planning dédicaces).

 

Hier, on ouvrait la saison avec un très chouette festival dans cette commune au nom ô combien prédestinée à accueillir une manifestation de bédéphiles : Bédée.

Il y avait pas mal de beau linge breton, puisque j'ai eu le plaisir de faire la connaissance de gens que j'avais déjà croisé auparavant sans avoir jamais vraiment causé avec, comme Marc Lizano, Alain Goutal, Joël Legars, Lidwine, Jérôme Lereculey (...) tandis que je retrouvais non sans plaisir des figures plus familières comme celle de Lionel Chouin, Pascal Jousselin, Nicoby, Joub, Stéphane Duval, Gégé, Marc Cantin (...).

 

La salle était malheureusement plongé dans une pénombre qui, si elle contribuait à créer une ambiance feutrée, m'a un peu pourri les photos de dédicaces, qu'un flash et des essais de retouches Photoshop n'ont pas réussi à sauver. Du coup, j'ai un peu renoncé à tout mettre. Trop de taf.

 

Je me rattrapperai à Liffré le samedi 2 octobre...

 

Akim3.jpg blacksad2.jpg

Un AKIM luxé à l'épaule... et un Blacksad revu en ligne claire pour un fan de Chaland.

 

Blueberry.jpg Hulk.jpg

          Un mister Blueberry...                           Et un HULK pour François,

          (dédicace 90)                                 instigateur du collectif " Barre-Toi".

 

Sambre.jpg Tarzan.jpg

Dur dur de faire Julie de Sambre...                Un Tarzan pour une figure familière.

sans crayon rouge pour les yeux !

"Qu'est-ce que tu veux, c'est le jeu

ma pauv' Lucette".

 

Tintin-asterix.jpg Tom6.jpg

Impossible de trancher entre Tintin et Astérix.

Tant pis, on mettra les deux.

Tom7.jpg Tom-Sawyer.jpg

Mon Tom (qui aime les livres) ...             ... Et un autre (Sawyer) qui les aime moins.

 

 

A bientôt.

Repost 0
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 17:20

Eh oui ! J'ai posté ici il y a à peu près un mois, un billet sur une mouette comme mascotte d'une librairie de BD rennaise : Ty-Bull... tome 2.

Elle me plaisait bien et au libraire aussi. Seulement voilà, les clients ne semblaient pas bien comprendre.

 

      Dialogue :

 

- " Et pourquoi que vous avez fait une mouette ?"

 

- " Ben parce qu'on est en Bretagne. J'ai bien pensé à l'hermine, mais c'est un symbole politique. Quant à l'éléphant, ce serait plutôt pour l'Afrique et que le crocodile c'était déjà pris pour les polos des jeunes UMP... alors je me suis dit qu'une mouette ça pouvait être sympa.

 

- "  J'entends bien, mais quel rapport avec la BD, de par le fait ?

 

- " Ben Corto Maltese a vu défiler pas mal de mouettes... et celle de Gaston n'était pas piquée des vers non plus, alors je me suis dit comme ça : Mouette... Bretagne... Gaston... Et puis vous savez, avant que vous ne lui donniez votre avis, le libraire il l'aimait plutôt bien ma mouette."

 

- " Oui mais ça ne fait pas un peu "jeunesse", cette mouette ?"

 

- C'est juste. Ca fait dynamique, jovial. Mais je peux peut-être mettre un vieillard avec un chapeau de Spirou qui lirait du d'Ormesson en mâchant un bout de bois. Ca vous irait, ça ?"

 

- " C'est une bonne idée, en effet, mais ça ne correspond plus à une boutique spécialisée de bande dessinée, non ?"

 

- " Non en effet. On va reprendre à zéro, alors".

 

 

Ce qu'ils peuvent être de mauvaise foi ces dessinateurs ! Bon du coup, je suis parti sur une autre direction, qui me plaît bien quand même.

 

 

 

1  Et on commence par les croquis d'usage. Terminé les mascottes à la Disney/Pixar ! Place à la modernité d'un jeune couple ado/adulte. Très vite, on tranche pour le croquis du haut, et on travaille l'idée de faire interragir le couple, réuni par la lecture (la version du bas les séparait clairement l'un de l'autre).

Un gars, ça lit "XIII", forcément ! Une fille, ça s'arrête avant. Par exemple à "V", ou "IX" (si elle est motivée).

 

    

  2Parmi deux ou trois propositions de poses différentes, Xavier et Fred dela librairie retiennent la version en noir (à droite). Quant aux clients interrogés, ils semblent unanimes pour préférer cette voie. Ouf !

 

Le fait que les 2 tourtereaux lisent "Tom et William" est une preuve de bon goût.

 

Précisons toutefois que ce n'est encore ici qu'un croquis, même s'il est plus poussé. La fille a des airs de gars, et on me demande si je souhaite faire de TY-BULL tome 2 la première librairie BD rennaise officiellement Gay-friendly.

 

Je leur confirme que s'il est vrai que j'entretiens savamment cette image de dessinateur engagé, ce n'est que pure maladresse si j'ai mis des épaules de quarterback a cette petite nana.  

  3

 

 Au dessus, dernier croquis, avant encrage. 

 La fille est plus féminine, mais un détail me chiffonne : l'expression du Roméo ! Il a un peu a la tête de celui à qui on fait découvrir des photos compromettantes.

 

 

  4

  

 Dessin final.

 

A retrouver bientôt sur vos sachets

      "TY-BULL... tome 2"

 

 

 

Repost 0

A Propos De L'auteur

  • Lefeuvre
  • Auteur BD/Illustrateur né en 1977, marié et papa de deux enfants.
  • Auteur BD/Illustrateur né en 1977, marié et papa de deux enfants.